Gonorrhée: symptômes, causes et traitement

21 mars, 2021
This article has been written and endorsed by el biólogo Samuel Antonio Sánchez Amador
La gonorrhée est une maladie sexuellement transmissible qui se transmet par le sperme et les sécrétions vaginales. Utiliser la protection est la meilleure mesure pour la combattre.

Chaque jour, plus d’un million de personnes contractent une maladie sexuellement transmissible (MST). Cela signifie que, chaque année, environ 376 millions de patients dans le monde souffrent des effets de l’une de ces 4 maladies: la gonorrhée, la chlamydia, la syphilis et la trichomonase.

Beaucoup de gens ont tendance à considérer les MST comme une mauvaise expérience, une démangeaison ou une anecdote, mais rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. Par exemple, le virus du papillome humain (VPH) chez la femme est la cause d’au moins 70% des cas de cancer du col de l’utérus.. D’autres MTS entraînent l’infertilité, des fausses couches et une inflammation pelvienne sévère.

Pour toutes ces raisons, nous abordons aujourd’hui l’un des 4 piliers les plus essentiels pour parler des MST: la gonorrhée. Si vous voulez connaître les symptômes, les causes et le traitement de cette maladie, continuez à lire.

L’importance des MST dans le monde

La gonorrhée est une MST.

Bien que nous ayons présenté des chiffres choquants en guise d’introduction, ceux-ci ne couvrent même pas la pointe de l’iceberg. L’Organisation mondiale de la santé (OMS), en plus des données déjà mentionnées, nous en montre d’autres d’un grand intérêt:

  • Plus de 370 millions de patients sont infectés chaque année par l’une de ces maladies: la syphilis (12 millions), la gonorrhée (62 millions), la chlamydia (92 millions) et la trichomonase (plus de 174 millions).
  • On estime que plus de 500 millions de personnes sont porteuses du virus de l’herpès simplex (HSV), qui provoque des infections génitales.
  • Plus de 290 millions de femmes sont infectées par le virus du papillome humain (VPH). Les variétés 16 et 18 sont à l’origine d’au moins 70% des cas de cancer du col de l’utérus (CUC) dans le monde. Cela se traduit par 311 000 décès par an, presque tous dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.
  • En 2016, plus de 980 000 femmes enceintes ont contracté la syphilis. Cela a entraîné 200 000 décès de foetus prématurés.
  • Certaines MST peuvent faciliter l’infection par le VIH.

Bien sûr, ces données tombent comme un vase d’eau froide, mais il faut comprendre que les MST ne sont pas un jeu.

Nous ne parlons pas seulement d’adultes, mais de jeunes qui découvrent la sexualité: les médias révèlent qu’un élève sur 4 contractera l’une de ces infections avant de quitter le lycée.

Compte tenu de tous ces chiffres, il n’existe qu’un seul avertissement: l’utilisation de préservatifs peut sauver des vies.

Qu’est-ce que la gonorrhée?

Une fois que nous avons circonscrit l’importance des MST à l’échelle mondiale, nous sommes prêts à passer à autre chose. Selon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), la gonorrhée est définie comme une infection causée par une bactérie sexuellement transmissible qui affecte à la fois les hommes et les femmes. L’agent causal est Neisseria gonorrhoeae.

Connaître les bactéries

Avant d’aborder les symptômes et le traitement de la maladie, il est nécessaire de connaître brièvement l’agent causal. Comme l’indique le site de Vircell, Neisseria gonorrhoeae est une bactérie à Gram négatif, difficile à cultiver dans des conditions expérimentales et différenciée du reste de l’espèce Neisseria en raison de sa capacité à fermenter uniquement le glucose.

Elle est de nature aérobie ou anaérobie facultatif, c’est-à-dire que l’oxygène ne l’empêche pas de croître. De plus, elle apparaît au microscope sous la forme d’un diplocoque, d’une taille moyenne de 0,8 micromètre. Ce micro-organisme se développe le mieux dans des températures comprises entre 35 et 37 ° C, une concentration de CO2 de 3 à 5% et un pH entre 7,2 et 7,6.

Par rapport aux besoins physiologiques de cet organisme, nous voyons que son lieu de prolifération parfait est la région génitale du corps humain.

Symptômes de la gonorrhée

La gonorrhée, dans plus de 50% des cas de patients, est asymptomatique. Comme l’indique l’Organisation panaméricaine de la santé (OPS). Autrement dit, de nombreuses infections ne sont jamais traitées et que le taux de contagion est encore plus élevé, car le patient ne réalise pas leur potentiel de transmission.

Dans les cas où des signes cliniques quantifiables apparaissent, ceux-ci ont tendance à être répandus dans la région génitale. Chez les femmes physiquement affectées, les symptômes suivants sont courants:

  • Augmentation des pertes vaginales.
  • Douleur en urinant.
  • Saignements vaginaux entre les règles, c’est-à-dire en dehors du cycle menstruel normal.
  • Douleurs abdominales ou pelviennes.

Chez les hommes, le tableau clinique est plus remarquable. Selon le MSD Manuals, environ 25% des hommes présentent des symptômes minimes, mais presque aucun n’est asymptomatique. Certains des événements les plus courants chez les hommes sont les suivants:

  • Douleur en urinant
  • Une décharge de nature purulente au niveau du pénis.
  • Douleur ou gonflement d’un testicule.

Dans les cas où un seul des deux testicules fait mal, il est confirmé que la bactérie s’est installée dans l’épididyme, le tube qui transporte le sperme à l’arrière du testicule. En raison de la présence d’agents étrangers nocifs, ce conduit s’enflamme et prend un aspect atypique.

N’oubliez pas qu’en outre, les bactéries responsables de la gonorrhée peuvent se propager à d’autres parties du corps. Nous expliquerons ensuite comment l’organisme réagit aux différentes sources infectieuses.

1. Rectum

Il est généralement asymptomatique. Elle survient principalement chez les hommes qui ont des relations sexuelles anales réceptives et chez les femmes qui ont également des relations sexuelles anales. Dans les cas où des signes cliniques apparaissent, des démangeaisons anales, un écoulement purulent du rectum et des taches de couleur vive dans les selles sont généralement détectés, comme s’il s’agissait d’une hémorroïde.

2 yeux

La gonorrhée peut affecter les bébés.

Les nouveau-nés sont sensibles aux infections oculaires causées par les bactéries Neisseria gonorrhoeae et Chlamydia trachomatis. Le nourrisson est infecté en passant par le canal génital et, malheureusement, la bactérie s’installe dans ses yeux.

Dans tous les cas, cet événement ne se limite pas uniquement aux nouveau-nés. Comme le montrent certains rapports, les adultes peuvent également avoir cette infection. Les yeux sont rouges, purulents, avec des lésions et des démangeaisons et des douleurs très intenses.

3. Gorge

La pharyngite gonococcique est généralement asymptomatique, mais il y a un risque de la développer lorsque vous avez des relations sexuelles orales avec une personne infectée. Dans les rares cas où des signes apparaissent, ceux-ci sont généralement du type mal de gorge, difficulté à avaler, fièvre et gonflement des ganglions lymphatiques.

4. Articulations

Si les bactéries passent dans la circulation sanguine, différents symptômes généralisés peuvent apparaître. Parmi eux, il y a des douleurs dans les articulations, qui sont enflées, rouges, chaudes et très douloureuses.

Autres complications de la gonorrhée

Lorsque l’infection gonococcique devient incontrôlable et se généralise, l’état du patient s’aggrave considérablement. Les personnes présentant ce tableau clinique sévère présentent de la fièvre, des douleurs migratoires et des cloques cutanées en forme de pustule. Cela peut se confondre avec d’autres troubles, mais doit être traité immédiatement.

Comment se produit la contagion?

Comme indiqué par des sources déjà citées, la gonorrhée est transmise par contact sexuel, elle appartient donc au groupe des MST. Nous ne parlons pas seulement de pénétration, car comme nous l’avons dit, les relations sexuelles orales et anales sont également des voies de transmission potentielles. Vous devez garder à l’esprit que les bactéries voyagent avec les fluides génitaux.

Elle peut également être transmise de la mère à l’enfant par le canal génital une fois que l’enfant est né. Bien que ce ne soit pas aussi courant. Enfin, il faut souligner que cette maladie ne se transmet pas par des actes tels que des baisers, des caresses ou par le partage de verres et de couverts. Le mode de contagion sont les fluides sexuels, comme le sperme et l’écoulement.

Diagnostic

Comme l’indique la Bibliothèque nationale de médecine des États-Unis, la gonorrhée peut être détectée rapidement. Pour cela, il suffit de prélever un échantillon de la muqueuse de la zone touchée et de l’analyser au microscope. Cependant, bien que ce test soit le plus rapide, ce n’est pas le plus sûr de tous.

La meilleure méthode de détection est le test ADN sur l’échantillon. Habituellement, des sections de la muqueuse du col de l’utérus, de la vessie, de l’urètre, du vagin, de l’anus ou de la gorge sont prélevées avec un écouvillon puis soumises à une réaction en chaîne par ligase (LCR). Bien que ce test soit plus coûteux et plus long, il ne laisse certainement aucune place aux erreurs.

Traitement de la gonorrhée

Le traitement éventuel doit tenir compte de l’existence de souches résistantes aux antimicrobiens (EI).

Comme indiqué par l’OMS, la gonorrhée multirésistante est aujourd’hui un problème de santé majeur, car elle peut montrer une résistance aux pénicillines, aux sulfamides, aux tétracyclines, aux quinolones et aux macrolides (dont l’azithromycine) et même aux antibiotiques de dernier recours, comme les céphalosporines.

S’il n’y a aucune preuve de la présence de ces souches dans les antécédents du patient, l’une des options d’approche suivantes est généralement utilisée:

  1. Une forte dose d’antibiotiques oraux ou de plus petites doses sur une semaine. Dans le premier cas, l’option préférée est le céfixime à une dose de 400 milligrammes par voie orale en une seule dose plus l’azithromycine à une dose de 1 gramme par voie orale en une seule dose.
  2. Antibiotiques injectés et oraux. Ceftriaxone à des doses de 250 milligrammes par voie intramusculaire en une seule dose et azithromycine à des doses de 1 gramme par voie orale en une seule dose.
  3. Les cas les plus graves peuvent nécessiter une hospitalisation et des soins de santé, en plus des médicaments décrits ci-dessus.

Prévention de la gonorrhée

La prévention de la gonorrhée est la base. L’utilisation d’un préservatif est la clé, non seulement pour éviter la gonorrhée, mais toutes les infections sexuellement transmissibles.

Par ailleurs, la sexualité est nécessaire au bien-être physique et émotionnel des personnes, mais cela ne signifie pas qu’il ne faut pas prendre de précautions.

De même, assez curieusement, il est recommandé que les femmes sexuellement actives dans des contextes non monogames (en particulier les jeunes) subissent un test de dépistage de la gonorrhée relativement régulièrement.

Comme nous l’avons dit, dans de nombreux cas, l’infection est asymptomatique, il sera donc toujours préférable de prévenir plutôt que de propager la maladie.

Avoir plus d’un partenaire sexuel n’implique pas un risque accru de souffrir de gonorrhée, à condition que les mesures appropriées soient prises dans tous les types de pratiques.

Conclusion..

Comme vous pouvez le constater, la gonorrhée n’est pas une maladie à sous-estimer. Bien qu’elle ne présente pas de complications dans la plupart des cas, elle peut provoquer des infections généralisées, une infertilité et une cécité chez les nouveau-nés, entre autres.

Par conséquent, nous devons insister sur l’idée suivante: protégez-vous et protégez les autres, utilisez un préservatif.