A quoi correspondent les maladies rares?

12 avril, 2021
This article has been written and endorsed by el biólogo Samuel Antonio Sánchez Amador
Jusqu'à 80% des maladies rares ont une composante héréditaire de nature génétique, mais ce n'est pas toujours le cas.

Comme l’indique le site Orpha.net (la base de données sur les maladies rares par excellence), une maladie rare est une affection qui touche un faible pourcentage de la population par rapport au reste des personnes en bonne santé. En général, ce critère est satisfait lorsque la condition affecte 1 personne sur 2 000 ou moins.

En Europe, la limite de prévalence d’une maladie à considérer comme rare est fixée à 5 cas pour 10 000 habitants. De plus, la plupart des patients sont diagnostiqués à l’âge pédiatrique. En effet, 80% d’entre eux sont le produit d’un héritage génétique. Cependant, d’autres conditions sont d’origine infectieuse, oncologique, dégénérative ou gestationnelle.

Après l’investissement de plus d’un milliard de dollars US au cours des 15 dernières années, la majorité des maladies rares n’ont toujours pas de méthode de diagnostic et d’intervention correcte. Suivez-nous dans le monde de ces pathologies. Nous vous présentons aujourd’hui quelques-uns des exemples les plus intéressants et représentatifs.

Maladies rares dans le monde

Les maladies rares sont également inconnues.

Bien que la grande majorité des maladies rares soient détectées pendant l’enfance, la prévalence est beaucoup plus élevée à l’âge adulte, comme l’indique la revue Anales del Sistema Sanitario de Navarra. En effet, malheureusement, de nombreux enfants atteints de ces maladies meurent dès leur naissance ou quelques jours après l’accouchement.

Par curiosité, il faut noter que la définition de maladie rare varie selon le pays dans lequel elle est consultée. Pour illustrer cette gamme de divergences, nous vous fournissons les données suivantes:

  1. Dans la communauté européenne, une maladie rare est une maladie qui affecte 5 personnes sur 10 000 ou moins.
  2. Cependant, un chiffre global très différent est utilisé aux États-Unis: moins de 200 000 cas pour l’ensemble du pays.
  3. Au Japon, une maladie rare touche 4 patients ou moins pour 10 000 habitants.
  4. L’Australie trace la limite de la pathologie rare chez moins de 2 000 personnes malades dans le pays.
  5. Dans d’autres régions, le chiffre tombe à 2 patients ou moins pour 10 000 habitants.

Bien que l’Union européenne ait fixé la limite susmentionnée en 1999, des pays comme le Danemark, la Suède et le Royaume-Uni maintiennent des critères différents. Il est donc impossible de donner une définition exacte du terme: ce qui est considéré comme une maladie rare dans un pays peut ne pas l’être dans un autre.

De plus, ces données semblent représenter une charge pathologique très faible: rien n’est plus éloigné de la vérité. Comme l’indique le magazine CHEST, environ 25 millions des américains ont besoin d’un traitement pour leurs maladies pathologiques rares.

On estime que 300 millions de personnes dans le monde souffrent de maladies rares.

Combien de maladies rares existe-t-il?

On estime qu’il existe des milliers de maladies rares dans le monde. Actuellement, le chiffre varie entre 6 000 et 8 000 entités cliniques, mais ce nombre ne fait qu’augmenter, en raison des multitudes de publications médicales traitant du sujet. Dans tous les cas, le montant «officiel» varie en fonction des critères de qualification imposés.

Malheureusement, seulement 400 de toutes ces pathologies ont des traitements efficaces disponibles. 75% d’entre eux présentent des symptômes à l’âge pédiatrique et 30% des patients ne dépassent pas 5 ans. Les anomalies génétiques et / ou biochimiques dans la plupart de ces tableaux cliniques n’ont pas encore été décrites.

La grande majorité des maladies rares sont incurables.

Quelques exemples

Comme vous l’avez vu, nous sommes confrontés à un terme diffus qui présente de grandes difficultés lorsqu’il s’agit de représenter la réalité. Afin d’illustrer un peu les chiffres exposés, nous vous montrons les caractéristiques de certaines maladies rares.

1. Hémophilie acquise

L’hémophilie acquise (HA) est une maladie auto-immune très rare qui survient chez les patients ayant des antécédents familiaux négatifs de tendances hémorragiques. Dans cette condition, le système immunitaire du patient produit des anticorps contre les facteurs de coagulation sanguine (généralement le facteur VIII), ce qui favorise des saignements excessifs avec ou sans stimuli.

Comme l’indique le site Science Direct, l’incidence de cette pathologie est de 1 à 3 cas par million d’habitants et par an. Le taux de mortalité varie entre 9% et 33% selon les séries consultées, les hémorragies dans les muscles, les tissus mous et les organes pouvant compliquer la survie du patient.

Le traitement de cette pathologie comprend 2 phases: arrêter le saignement et éliminer les auto-anticorps. Pour cela, des coagulants de pontage et des traitements immunosuppresseurs sont utilisés simultanément. Cependant, en raison de sa rareté, il n’y a pas d’approche standardisée et chaque cas doit être évalué individuellement.

2. Amylose

L’amylose comprend une série d’entités cliniques rares. Cependant, elles ont toutes quelque chose en commun: une protéine anormalement repliée (amyloïde) s’accumule dans les tissus et les organes et interfère avec le fonctionnement normal de l’organisme.

L’amylose primaire (AL) est la variante la plus courante de toutes, et pourtant seulement 0,9 patient apparaît pour 100 000 habitants par an. L’âge moyen de présentation est de 65 ans et 2/3 des personnes concernées sont de sexe masculin. L’organe le plus touché est presque toujours le rein, un organe essentiel à la vie. Sans traitement adéquat, la survie moyenne est de 12 mois.

Comme l’indique la clinique Mayo, l’amylose n’a pas de remède. La chimiothérapie, les thérapies ciblées, les greffes de cellules souches autologues et le remplacement d’organes entiers peuvent sauver la vie d’un patient, mais tous ne conviennent pas. Encore une fois, le pronostic et le traitement dépendent de chaque cas.

3. Syndrome de Kabuki

Ce syndrome est rare, car on estime qu’il affecte seulement 1 nouveau-né sur 32 000. C’est une pathologie très intéressante au niveau génétique, puisqu’elle est associée à une mutation de novo. Cela signifie que les parents ne sont pas porteurs de gènes défectueux, mais que le gène du patient subit des modifications au cours du développement du fœtus.

Dans tous les cas, la pathologie suit un schéma mendélien normal, puisque les parents avec des gènes mutés les transmettent à leurs enfants. À ce jour, 2 sections du génome associées au syndrome de Kabuki ont été détectées: KMT2D et KDM6A. Dans tous les cas, 30% des patients n’ont pas d’agent causal spécifique.

Les enfants atteints du syndrome de Kabuki présentent des caractéristiques faciales et physiques inhabituelles, mais ce ne sont pas les seuls symptômes. Beaucoup souffrent de malformations cardiaques, de perte auditive, d’insuffisance rénale et d’autres dysfonctionnements organiques. Le traitement repose sur la surveillance et la chirurgie des parties touchées si cela nécessaire. En effet, cette maladie est incurable.

4. Rage

Les maladies rares comprennent la rage.

Vous ne vous attendiez pas à cette pathologie sur la liste, n’est-ce pas? La rage est un parfait exemple du fait que les maladies rares peuvent également être infectieuses. En Inde (considérée comme une région à risque), il y a environ 2 cas pour 100 000 habitants par an, tandis qu’en Afrique cette valeur augmente à 4/100 000.

Avec ces chiffres, il est surprenant d’apprendre que quelque 59 000 personnes meurent chaque année de la rage. On s’attend à ce que presque tous les cas surviennent dans les zones rurales à faible revenu, où le contact avec les mammifères sauvages est élevé et où le traitement et / ou la vaccination sont quasiment absents.

Dans tous les cas, grâce à la vaccination, plus de 300 000 décès par an sont évités dans le monde.

Comme indiqué par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la rage est une maladie virale zoonotique, c’est-à-dire qu’elle se transmet de l’animal à l’être humain. Les morsures de chiens infectés représentent 99% des décès dus à cette maladie rare.

Le meilleur traitement est la vaccination. Si un patient est mordu par un animal sauvage, des injections à action rapide et des vaccins antirabiques peuvent lui sauver la vie.

5. Cancer de la thyroïde

Voici une autre des pathologies qui remettent en question le concept de «maladie rare». En général, lorsque nous pensons à ces pathologies, nous les associons à des mutations génétiques, mais ces tests montrent que ce n’est pas toujours le cas. Le cancer de la thyroïde est rare et représente moins de 1% des néoplasmes malins.

Sur la base de ce pourcentage, il n’est pas surprenant d’apprendre que seuls 2 à 20 cas surviennent pour 100 000 habitants par an. Comme son nom l’indique, le cancer de la thyroïde se développe dans la glande thyroïde, un tissu en forme de papillon à la base du cou.

Heureusement, certains sous-types histologiques ont un bon pronostic: le taux de survie à 5 ans après le diagnostic est de 98%, comme l’indique Cancer.net. La plupart des cas sont résolus avec une ablation chirurgicale à temps, bien que la radiothérapie, la chimiothérapie ou des thérapies ciblées puissent également être nécessaires.

6. Exemples de maladies héréditaires

Comme nous l’avons dit, jusqu’à 8 maladies rares sur 10 ont une base génétique héréditaire. Comme il est impossible de les couvrir tous, nous présentons une liste avec quelques classifications représentatives:

  1. Maladies monogéniques: elles sont causées par la mutation dans la séquence d’un seul gène. Plus de 6 000 maladies monogéniques sont connues, dont beaucoup sont rares. Elles peuvent suivre un modèle autosomique dominant ou récessif, ou être liées au chromosome sexuel X.
  2. Maladies oligogéniques: elles sont codées par des changements et des interactions dans plus d’un gène.
  3. Pathologies polygéniques: leur présentation dépend de mutations génétiques et de facteurs environnementaux. Trouver une cause concrète pour ces maladies est très difficile.

Les maladies rares: un terme complexe et flou

Comme vous l’avez vu, toutes les maladies rares ne sont pas directement associées à des mutations génétiques spécifiques. Nous rappelons que jusqu’à 80% d’entre elles répondent à certains modèles d’hérédité, mais avec le grand nombre d’entités cliniques que ce terme englobe, il y a de la place pour les cancers, les troubles acquis et les événements infectieux.

Après cette dernière réflexion, on ne peut que se poser la question suivante: le terme «maladie rare» reflète-t-il une réalité? Avec plus de 300 millions de personnes touchées par une pathologie de cette nature et sans critères établis, il est clair que cette classification médicale ne rapporte que peu ou pas d’informations sur l’entité elle-même.

  • About rare diseases, Orpha.net. Recogido a 21 de marzo en https://www.orpha.net/consor/cgi-bin/Education_AboutRareDiseases.php?lng=EN
  • Posada, M., Martín-Arribas, C., Ramírez, A., Villaverde, A., & Abaitua, I. (2008). Enfermedades raras: Concepto, epidemiología y situación actual en España. In Anales del sistema sanitario de Navarra (Vol. 31, pp. 9-20). Gobierno de Navarra. Departamento de Salud.
  • Groft, S. C. (2013). Rare diseases research: expanding collaborative translational research opportunities. Chest, 144(1), 16-23.
  • Mingot-Castellano, M. E., Núñez, R., & Rodríguez-Martorell, F. J. (2017). Hemofilia adquirida: epidemiología, clínica, diagnóstico y tratamiento. Medicina Clínica, 148(7), 314-322.
  • Amiloidosis, Mayo Clinic. Recogido a 21 de marzo en https://www.mayoclinic.org/es-es/diseases-conditions/amyloidosis/symptoms-causes/syc-20353178
  • Rabia, OMS. Recogido a 21 de marzo en https://www.who.int/es/news-room/fact-sheets/detail/rabies
  • Cáncer de tiroides, Cancer.net. Recogido a 21 de marzo en https://www.cancer.net/es/tipos-de-c%C3%A1ncer/c%C3%A1ncer-de-tiroides/estad%C3%ADsticas