4 types de dysfonctionnement sexuel

La dysfonction sexuelle va au-delà de l'incapacité à maintenir une érection ou de la douleur pendant les rapports sexuels. Aujourd'hui, nous décrivons ses types et ses caractéristiques.
4 types de dysfonctionnement sexuel

Dernière mise à jour : 16 décembre, 2022

Le dysfonctionnement sexuel se définit comme tout problème qui survient au cours du processus d’activité sexuelle. C’est un phénomène très large, plus fréquent qu’on ne le pense et qui touche autant les hommes que les femmes. En général, la dysfonction sexuelle peut conditionner le plaisir, le désir, l’excitation et l’orgasme. Selon le contexte, différents types de dysfonctionnements sexuels se distinguent.

En effet, toutes les manifestations de ce trouble ne sont pas identiques. Il est inclus à la fois dans le DSM-5 et dans l’IEC-10. Ses causes peuvent être à la fois psychologiques et physiques, de sorte que le traitement est conditionné par son déclencheur. Dans les lignes suivantes, nous vous présentons tout ce que vous devez savoir sur les types de dysfonctionnement sexuel. Enfin, nous bannissons certains mythes à leur sujet.

Principaux types de dysfonctionnement sexuel

Les chercheurs distinguent quatre types de dysfonctions sexuelles : les troubles du désir, de l’excitation, de l’orgasme et de la douleur. Ce sont les catégories les plus courantes, qui comprennent bien sûr quelques sous-catégories. Ci-dessous, nous décrivons à quoi se réfère chaque catégorie, quelles sont ses caractéristiques et ses causes.

1. Troubles du désir/intérêt sexuel

Les troubles du désir ou de l’intérêt sexuel surviennent lorsqu’un sujet éprouve un rejet ou une inclination réduite à l’acte sexuel. Nous traversons tous des périodes où notre intérêt pour le sexe diminue. Que ce soit à cause du travail, de la fatigue, du manque de temps ou simplement à cause du développement d’autres priorités. Si vous pensez qu’un trouble existe lorsque ce comportement persiste, généralement pendant environ six mois consécutifs.

Pendant ce temps, le sujet n’aura pas de pensées sexuelles, de fantasmes, ni ne tentera de matérialiser un désir dans un acte sexuel. Cela peut être à la fois pour le partenaire actuel en particulier et pour le sexe en général. On distingue deux types de cette dysfonction sexuelle :

  • Trouble du désir sexuel hypoactif: Il est également connu sous le nom d’hyposexualité et se définit comme l’absence de désir et de fantasmes accompagnés d’angoisse. On estime que jusqu’à 14% des femmes souffrent de ce trouble. Un pourcentage qui monte à 40% lorsque l’on ne considère pas la variable de l’angoisse.
  • Trouble de l’aversion sexuelle : Certaines personnes poussent leur angoisse à l’extrême au point qu’elle devient une aversion ou un rejet pathologique du sexe. Tout type de contact sexuel s’accompagne d’une peur irrationnelle semblable à la phobie. Comme dans le cas précédent, il est plus fréquent chez les femmes que chez les hommes.

Les causes de ces types de dysfonctionnements sexuels sont très variées : épisodes traumatisants avec des partenaires sexuels dans le passé, changements hormonaux, prise de certains médicaments, troubles mentaux sous-jacents, fatigue, grossesse et autres.

2. Troubles de l’excitation

Ils regroupent une série de problèmes liés à l’excitation. Ces derniers provoquent un rejet, une peur et même une aversion pour tout ce qui touche à une rencontre intime. De manière populaire, et jusqu’à il n’y a pas si longtemps, ces troubles étaient connus sous le nom d’impuissance chez les hommes et de frigidité chez les femmes. Aujourd’hui, d’autres termes sont préférés, de sorte que les cas suivants sont répertoriés :

  • Dysfonction érectile : survient lorsqu’un homme a du mal à démarrer ou à maintenir une érection. Tous les hommes ont des problèmes de ce type à un moment donné de leur vie, bien que cela n’implique pas qu’ils souffrent de ce trouble. Elle est diagnostiquée comme telle lorsqu’elle est persistante (au moins trois mois) et ne peut être expliquée par d’autres moyens (chirurgie ou prise de certains médicaments, par exemple). On pense qu’elle touche entre 5% et 20% des hommes.
  • Manque de lubrification vaginale : Elle est aussi connue sous le nom de sécheresse vaginale et est liée à des douleurs ou des malaises au moment de la pénétration. La sécheresse vaginale peut se développer en raison de médicaments, d’anxiété ou de changements hormonaux. Mais dans ces cas, elle ne répond pas au trouble. C’est le cas lorsqu’il s’accompagne d’une mauvaise excitation.
  • Éveil génital continu : Ceci est également connu sous le nom de trouble d’éveil génital persistant et contraste avec les hypothèses ci-dessus. Il est défini comme la stimulation, l’excitation et même l’orgasme qui se produit en l’absence de relations sexuelles (au travail, dans les lieux publics, à l’université, etc.). Les preuves indiquent que les patients développent une honte et une angoisse modérée ou sévère face à ces épisodes.

3. Troubles de l’orgasme

Il englobe tous ces problèmes qui entravent l’orgasme normatif. Le panorama des altérations est très varié, mais les plus courantes sont les suivantes :

  • Anorgasmie : elle est décrite comme l’absence d’orgasme malgré la stimulation par différentes voies. Elle est plus fréquente chez les femmes et peut être causée par des déséquilibres hormonaux, des troubles psychologiques, des altérations physiologiques, des maladies sous-jacentes et des traumatismes pelviens (entre autres).
  • Éjaculation précoce : décrit l’expulsion du sperme après une stimulation minimale ou peu de temps après le début de l’activité sexuelle. Il n’existe pas de temps moyen pour une relation sexuelle normative. Bien qu’un homme soit considéré comme un éjaculateur précoce lorsqu’il ne peut pas définitivement surmonter la barrière des deux minutes. Vous n’avez pas ce trouble si vous éjaculez occasionnellement en dessous de cette plage.
  • Éjaculation retardée : Contrairement au cas précédent, les hommes qui souffrent de ce trouble sont incapables d’éjaculer ou d’atteindre l’orgasme, malgré leur degré d’excitation ou de plaisir sexuel. Pour qu’il soit diagnostiqué comme tel, plus de 75% des rencontres doivent manifester ce comportement et durer au moins six mois consécutifs.
  • Troubles post-orgasmiques : englobent une série de symptômes ou d’altérations qui surviennent après un orgasme. Les preuves indiquent qu’il s’agit d’une maladie chronique qui affecte les hommes par l’irritabilité, une diminution de la concentration, des symptômes d’allergie ou un malaise général quelques minutes ou heures après la rencontre.

Il convient également de noter le dysfonctionnement orgasmique, qui fait référence à des altérations de l’expérience générale de l’orgasme. Par exemple, dans son intensité ou son retard. Toutes ces conditions sont plus fréquentes qu’on ne le pense et peuvent être à la fois bénignes et chroniques.

4. Dysfonctionnement sexuel: Troubles douloureux

Le dernier des types de dysfonctionnement sexuel est le trouble de la douleur. Elle affecte généralement les femmes et se divise en deux catégories : la dyspareunie et le vaginisme. Dans la première, il décrit la douleur générale au moment des rapports sexuels. Cela peut être dû à des infections, des blessures musculaires, des changements physiologiques ou des causes psychologiques. Selon les estimations , jusqu’à 15 % des femmes développent la maladie de façon chronique.

Au contraire, le vaginisme fait référence à des spasmes musculaires qui se manifestent involontairement et qui provoquent des douleurs lors de la pénétration. Il est également connu sous le nom de trouble de la douleur génitopelvienne et peut se déclencher par tout type d’insertion dans le vagin (comme des tampons ou des spéculums).

Enfin, bien qu’il existe d’autres sous-types de dysfonctionnement sexuel pour les catégories présentées, en général, ceux décrits sont les plus courants. Ces types de troubles ne tournent pas seulement autour de la dysfonction érectile ou de la sécheresse vaginale, mais englobent également d’autres conditions. La plupart du temps, ils peuvent être traités de manière satisfaisante. Alors n’hésitez pas à consulter un spécialiste si vous le jugez approprié.

Cela pourrait vous intéresser ...
10 mythes sur la sexualité selon la science
Muy Salud
Lisez-le dans Muy Salud
10 mythes sur la sexualité selon la science

Il existe de multiples mythes sur la sexualité qui peuvent affecter les relations intimes..Mais voici ce que révèlent les études scientifiques!



  • Facelle, T. M., Sadeghi‐Nejad, H., & Goldmeier, D. Persistent genital arousal disorder: characterization, etiology, and management. The journal of sexual medicine. 2013; 10(2): 439-450.
  • Hatzimouratidis K, Hatzichristou D. Sexual dysfunctions: classifications and definitions. J Sex Med. 2007 Jan;4(1):241-250.
  • Kubin, M., Wagner, G., & Fugl-Meyer, A. R. Epidemiology of erectile dysfunction. International journal of impotence research. 2003; 15(1): 63-71.
  • Nguyen, H. M. T., Bala, A., Gabrielson, A. T., & Hellstrom, W. J. Post-orgasmic illness syndrome: a review. Sexual medicine reviews. 2018; 6(1): 11-15.
  • Phillips, N., Bachmann, G. A., Yeung, P., & Lu, C. W. Incidence and Knowledge of Hypoactive Sexual Desire Disorder and Its Treatment: A Survey [6Q]. Obstetrics & Gynecology. 2018; 131: 185S.
  • Weijmar Schultz W, Basson R, Binik Y, Eschenbach D, Wesselmann U, Van Lankveld J. Women’s sexual pain and its management. J Sex Med. 2005 May;2(3):301-16.

Los contenidos de esta publicación se redactan solo con fines informativos. En ningún momento pueden servir para facilitar o sustituir diagnósticos, tratamientos o recomentaciones provenientes de un profesional. Consulta con tu especialista de confianza ante cualquier duda y busca su aprobación antes de iniciar o someterse a cualquier procedimiento.