Comment l’hiver affecte-t-il notre alimentation?

9 avril, 2021
This article has been written and endorsed by el nutricionista Saúl Sánchez
Pendant l'hiver, l'exposition au soleil est moindre, il est donc approprié d'inclure un supplément de vitamine D pour éviter les carences.

Le régime alimentaire n’est pas le même à toutes les époques de l’année. En effet, l’idéal est d’adapter l’apport en nutriments en fonction des saisons, en mettant l’accent sur certains aliments lors les mois les plus froids pour améliorer le fonctionnement du système immunitaire. Comment l’hiver affecte-t-il notre alimentation?

Il faut savoir qu’une mauvaise gestion nutritionnelle peut conditionner l’efficacité du corps de plusieurs manières. Parfois, une supplémentation peut même être nécessaire pour éviter les carences en nutriments essentiels.

En hiver, la présence de vitamines dans l’alimentation doit être augmentée

L'hiver affecte la nourriture en raison du risque d'infections.

Les mois d’hiver sont caractérisés par le froid. À cette époque, il devient plus facile de contracter des maladies infectieuses, car les changements de température affectent négativement les défenses. Cependant, ce risque peut être modulé en augmentant l’apport de certaines vitamines.

Par exemple, la vitamine C s’est avérée essentielle pour prévenir le développement de maladies liées aux voies respiratoires. C’est ce qu’indique une étude publiée dans la revue Frontiers in Immunology. Le maintien d’un approvisionnement correct en nutriments réduit l’incidence du rhume et de la grippe, en plus de faciliter leur gestion.

De plus, d’autres micronutriments comme le zinc jouent un rôle particulier dans la promotion des défenses de l’organisme. Selon des recherches publiées dans Nutrients, le minéral a le pouvoir de moduler la différenciation des cellules de la série blanche de l’organisme, celles-ci étant chargées de lutter contre la plupart des pathogènes.

Même l’apport d’antioxydants est également providentiel. Ces éléments neutralisent la production de radicaux libres. Ce qui a un impact sur la réduction des niveaux d’inflammation dans le corps humain.

Grâce à cela, le risque que le système immunitaire commette des erreurs fonctionnelles est réduit, évitant ainsi d’éventuelles inefficacités. Cela le rendra moins susceptible de tomber malade tout au long de l’hiver.

Les plats consommés en hiver ne sont pas les mêmes qu’à d’autres saisons

En plus d’avoir besoin d’un apport plus important en certains micronutriments pendant l’hiver, il faut noter que les appétits pour les préparations culinaires varient également. Étant donné que la température ambiante diminue, les plats chauds sont plus savoureux, car ils sont réconfortants.

En ce sens, ces recettes permettent notamment d’augmenter la présence de légumineuses dans l’alimentation. Ces aliments contiennent une concentration importante de protéines, en plus d’autres substances importantes telles que les fibres.

Selon une étude publiée dans l’ International Journal of Food Sciences and Nutrition, cela est essentiel pour prévenir le cancer du côlon et les problèmes intestinaux tels que la constipation.

Ces plats contiennent généralement de généreuses portions de légumes, en particulier du groupe des crucifères. Ces aliments sont bénéfiques pour l’organisme, car ils contiennent des antioxydants et des phytonutriments capables de réduire le risque de développer des maladies complexes.

Selon une revue publiée dans l’International Journal of Epidemiology, une consommation élevée de fruits et de légumes est associée à une mortalité plus faible, toutes causes confondues.

De plus, selon cette étude, elle est inversement proportionnelle à l’incidence de maladies comme le cancer ou les maladies cardiovasculaires. En ce sens, il est nécessaire d’assurer sa présence dans l’alimentation, en la mettant en valeur pendant les mois d’hiver.

La supplémentation peut varier en hiver

La base d’une bonne alimentation est la répartition équitable des nutriments. Cependant, une supplémentation adéquate peut aider à obtenir de meilleurs résultats, à la fois en termes de perte de poids ainsi qu’en termes de santé et de bien-être. Beaucoup pensent que ces produits sont uniquement destinés aux athlètes, mais la vérité est qu’une personne normale peut en profiter.

Par exemple, pendant l’hiver, les niveaux de stress et d’anxiété ont tendance à être plus élevés. Cela est dû à la charge de travail et à une moindre exposition au soleil. En ce sens, il existe deux compléments qui peuvent être introduits dans les routines afin d’atténuer ce problème.

Le premier d’entre eux est la vitamine D, un nutriment synthétisé de manière endogène par exposition aux rayons du soleil. Comme cette ressource est plus limitée pendant les mois d’hiver, il est intéressant de la consommer par l’alimentation et les suppléments.

Sachez qu’il a été démontré que le maintien de niveaux adéquats de vitamine D joue un rôle essentiel dans la prévention de nombreuses maladies chroniques, telles que les maladies cardiovasculaires. Cette vitamine module également l’inflammation et le stress.

Par ailleurs, la mélatonine peut être un autre complément intéressant à inclure pendant les mois d’hiver. Cette hormone est capable de réguler les cycles de sommeil et d’éveil, améliorant ainsi la qualité du repos.

Lorsque vous passez une bonne nuit de sommeil, votre anxiété est considérablement réduite. En fait, il existe des preuves que la mélatonine peut être efficace pour prévenir les épisodes de troubles de l’humeur.

Troubles hivernaux, alimentaires et intestinaux

Il est à noter que les changements de température et de froid qui se produisent pendant les mois d’hiver peuvent déterminer le bon fonctionnement du système digestif. Pendant cette saison, les épisodes de diarrhée et de constipation deviennent plus probables, avec tous leurs effets relatifs sur le tube digestif.

Par conséquent, il est essentiel de prendre soin de la santé intestinale. En ce sens, l’introduction de produits fermentés dans le régime alimentaire peut être d’une grande aide, car ils contiennent des bactéries qui colonisent sélectivement le tube digestif, augmentant ainsi la diversité du microbiote.

De là, le risque de subir des altérations de la motilité ou de l’absorption des nutriments est réduit.

Cette condition peut être améliorée non seulement par les aliments fermentés, mais il est également possible de prescrire une supplémentation en probiotiques. Dans ce cas, il est essentiel de choisir le bon produit à consommer.

Il est important d’avoir un nombre minimum de bactéries afin qu’elles colonisent bien le tube digestif. Il est également essentiel que les comprimés soient encapsulés ou que le probiotique soit consommé avec un protecteur d’estomac.

En dehors de cela, un autre facteur clé pour améliorer le fonctionnement du système digestif pendant les mois d’hiver est la consommation de fibres. Cette substance sert de substrat énergétique aux bactéries intestinales, permettant ainsi leur reproduction.

Si elles ne sont pas ingérées aux doses appropriées, des altérations de la biodiversité du microbiote pourraient se produire et conditionner négativement ses fonctions.

Lors de l’alimentation en hiver, une bonne répartition des macronutriments doit être maintenue

Nous avons parlé des micronutriments et des éléments spécifiques qui peuvent déterminer la qualité des aliments pendant les mois d’hiver. Cependant, l’apport des macronutriments ne doit pas être négligé, car ils sont la principale source d’énergie. De plus, ces éléments ont de nombreuses fonctions différentes dans le corps humain.

Le fait que la température ambiante baisse amène le corps à compenser en brûlant une plus grande quantité d’énergie pour maintenir la chaleur dans l’environnement interne.

Du point de vue de l’équilibre calorique, cela ne signifie pas que l’apport énergétique doit être beaucoup augmenté par l’alimentation, bien qu’il faille légèrement compenser les pertes subies.

D’autre part, il est recommandé, dans des conditions normales, de s’assurer que l’apport en protéines est adéquat. Ces nutriments sont essentiels à la réparation des tissus, garantissant ainsi leurs fonctions. Cela devient encore plus décisif en cas d’exercice physique intense.

Les lipides sont d’une importance significative dans le maintien de l’homéostasie dans l’environnement interne. Non seulement ils sont responsables de l’équilibre des processus inflammatoires, mais ils interviennent également dans la physiologie hormonale, en plus de pouvoir fonctionner comme un substrat énergétique à de nombreuses reprises.

Enfin, il faut parler des glucides. Ces éléments sont très importants pour les athlètes. Cependant, dans le cas des personnes sédentaires, il peut être souhaitable de limiter leur contribution.

Il est important de toujours prioriser les glucides complexes afin d’éviter les pics de glycémie qui peuvent générer des problèmes à moyen terme.

Être toujours prudent avec l’alcool

L'hiver affecte le régime alimentaire en raison de la consommation d'alcool.

Pendant les mois d’hiver, il est courant que les réunions sociales se déroulent dans des espaces fermés, pour éviter le froid. Mais cela encourage la présence de boissons alcoolisées dans le régime alimentaire habituel, qui sont considérées comme nocives pour la santé.

L’alcool est toxique quelle que soit la quantité consommée, donc la chose la plus sensée à faire est de l’éviter autant que possible.

Vous devez être prudent avec les boissons alcoolisées et les boissons gazeuses, bien que cette recommandation soit applicable à tout moment de l’année. Le liquide qui assure l’hydratation dans l’environnement interne doit être de l’eau.

De même, les snacks ou apéritifs qui accompagnent les boissons dans les bars doivent également être limités. En effet, ils peuvent provoquer des déséquilibres dans l’apport énergétique.

En outre, ils sont souvent fabriqués avec des ingrédients non naturels ou des procédés thermiques agressifs, conditionnant ainsi leur qualité nutritionnelle.

Adapter son alimentation pendant l’hiver

Comme vous l’avez vu, il est bénéfique de faire certaines adaptations alimentaires pendant les mois d’hiver. De cette manière, il est possible de garantir le fonctionnement optimal du corps humain. Ce qui aura un impact positif sur la santé à moyen et long terme.

N’oubliez pas non plus que l’activité physique est recommandée à tout moment de l’année. Il est essentiel d’atteindre un état optimal de composition corporelle et d’obtenir l’homéostasie de l’environnement interne. En effet, le sport est considéré comme l’un des outils de santé les plus puissants dont nous disposons.

  • Cerullo G, Negro M, Parimbelli M, Pecoraro M, Perna S, Liguori G, Rondanelli M, Cena H, D’Antona G. The Long History of Vitamin C: From Prevention of the Common Cold to Potential Aid in the Treatment of COVID-19. Front Immunol. 2020 Oct 28;11:574029. doi: 10.3389/fimmu.2020.574029. PMID: 33193359; PMCID: PMC7655735.
  • Wessels I, Maywald M, Rink L. Zinc as a Gatekeeper of Immune Function. Nutrients. 2017 Nov 25;9(12):1286. doi: 10.3390/nu9121286. PMID: 29186856; PMCID: PMC5748737.
  • Gianfredi V, Salvatori T, Villarini M, Moretti M, Nucci D, Realdon S. Is dietary fibre truly protective against colon cancer? A systematic review and meta-analysis. Int J Food Sci Nutr. 2018 Dec;69(8):904-915. doi: 10.1080/09637486.2018.1446917. Epub 2018 Mar 8. PMID: 29516760.
  • Aune D, Giovannucci E, Boffetta P, Fadnes LT, Keum N, Norat T, Greenwood DC, Riboli E, Vatten LJ, Tonstad S. Fruit and vegetable intake and the risk of cardiovascular disease, total cancer and all-cause mortality-a systematic review and dose-response meta-analysis of prospective studies. Int J Epidemiol. 2017 Jun 1;46(3):1029-1056. doi: 10.1093/ije/dyw319. PMID: 28338764; PMCID: PMC5837313.
  • Nitsa A, Toutouza M, Machairas N, Mariolis A, Philippou A, Koutsilieris M. Vitamin D in Cardiovascular Disease. In Vivo. 2018 Sep-Oct;32(5):977-981. doi: 10.21873/invivo.11338. PMID: 30150419; PMCID: PMC6199603.
  • Satyanarayanan SK, Su H, Lin YW, Su KP. Circadian Rhythm and Melatonin in the Treatment of Depression. Curr Pharm Des. 2018;24(22):2549-2555. doi: 10.2174/1381612824666180803112304. PMID: 30073921.