Terreurs nocturnes: symptômes, causes et traitement

Savez-vous ce que sont les terreurs nocturnes? En avez-vous déjà eu un? Dans cet article, nous vous en expliquons davantage à leur sujet.
Terreurs nocturnes: symptômes, causes et traitement
Laura Ruiz Mitjana

Rédigé et vérifié par la psicóloga Laura Ruiz Mitjana dans 07 avril, 2021.

Dernière mise à jour : 07 avril, 2021

Les troubles du sommeil sont très courants dans la société (le plus répandu étant l’insomnie). Certains d’entre eux surviennent dans l’enfance, comme c’est le cas des terreurs nocturnes. Selon la Société espagnole de neurologie (SEN), entre 20 et 48% de la population adulte souffre, à un moment de sa vie, de difficultés à démarrer ou à maintenir le sommeil (insomnie).

Dans au moins 10% des cas, cela est dû à un trouble chronique grave du sommeil. En ce qui concerne les enfants, l’American Academy of Pediatrics rapporte une prévalence de ce type de troubles en âge pédiatrique dans 20% et 30% des cas.

Les terreurs nocturnes en particulier peuvent être diagnostiquées (comme un trouble) chez 1 à 6% de la population enfantine, bien que les chiffres augmentent considérablement si l’on ne parle que d’épisodes spécifiques voire fréquents. Qu’est-ce que ce trouble implique et en quoi est-il différent des cauchemars? Pourquoi apparaît-il? Quels sont ses symptômes et comment est-il traité?

Que sont les terreurs nocturnes?

Les terreurs nocturnes peuvent provoquer de l'insomnie.

Les terreurs nocturnes sont un type de trouble du sommeil, il s’agit d’une parasomnie. Les parasomnies sont des troubles caractérisés par des comportements physiologiques anormaux ou des comportements qui coïncident avec le sommeil, avec certaines de ses phases ou avec les transitions entre le sommeil et l’éveil.

Par ailleurs, les parasomnies sont des altérations qui entraînent généralement de l’inconfort et une détérioration sociale ou professionnelle. Mais que sont les terreurs nocturnes? Elles impliquent des épisodes récurrents de réveils brusques, qui surviennent au cours du premier tiers de la phase de sommeil majeur, et qui commencent par un cri de détresse.

Épisodes d’horreur

Complétant cette définition, les terreurs nocturnes sont des épisodes de pleurs et de hurlements qui apparaissent soudainement lors des phases de sommeil profond (au milieu de la nuit).

Elles s’expriment également sur le visage, à travers des expressions faciales de terreur et de peur. Elles durent entre une et dix minutes (selon la CIM, Classification internationale des maladies, Elles durent au maximum dix minutes).

Apparition dans l’enfance

C’est un trouble qui apparaît généralement dans l’enfance, entre 4 et 7 ans. Bien qu’il apparaisse également à l’âge adulte, il est moins fréquent.

Fatigue, stress et inadaptation cérébrale

Un déséquilibre des ondes cérébrales pendant le sommeil a été trouvé parmi les causes possibles de ce trouble du sommeil. Bien que d’autres facteurs, tels que le stress et la fatigue, puissent aussi augmenter sa probabilité d’apparition. Plus tard, nous préciserons un peu plus les causes et les facteurs de risque de ce trouble.

Est-ce un trouble courant?

En ce qui concerne sa fréquence, il y a généralement une terreur nocturne (épisode) par nuit, mais pas plus. Selon le DSM-5 (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux), la prévalence des terreurs nocturnes chez les enfants est comprise entre 1 et 6% (en tant que diagnostic), et elle est plus fréquente chez les garçons.

Cependant, lorsque nous parlons de symptômes ou d’épisodes plus isolés (sans constituer un trouble qui interfère avec la vie du sujet), nous trouvons des chiffres plus élevés. À ce propos, une étude de l’American Academy of Pediatrics indique que 4 enfants sur 10 souffrent de terreurs nocturnes.

Dans le cas des adultes, la prévalence est de 1% (toujours sous forme de trouble), toute aussi fréquente chez les hommes et les femmes. Chez les adultes, le nombre d’épisodes pendant la nuit peut être plus élevé que chez les enfants.

En quoi sont-elles différentes des cauchemars?

Les cauchemars, un autre type de parasomnie, sont un type de rêve angoissant. Ils impliquent des réveils répétés pendant la période de sommeil, déclenchés par des rêves très terrifiants et prolongés qui laissent des souvenirs vifs, et dont le contenu se concentre généralement sur les menaces à la survie, à la sécurité ou à l’estime de soi. Ils provoquent une gêne, tout comme les terreurs nocturnes.

Cependant, les terreurs nocturnes sont moins élaborées que les cauchemars et la personne ne se souvient pas du contenu du rêve au réveil (ce qui est souvent le cas des cauchemars). Autrement dit, il y a une amnésie pour l’épisode.

De plus, lors des terreurs nocturnes, des signes végétatifs apparaissent chez la personne (tachycardie, transpiration, tachypnée…).

En ce sens, les terreurs nocturnes sont beaucoup plus intenses et plus angoissantes, même si la personne ne s’en souvient pas plus tard. Par contre, les épisodes de terreurs nocturnes sont généralement plus courts que les cauchemars (il s’agit de rêves longs et élaborés, comme nous l’avons déjà indiqué).

Symptômes des terreurs nocturnes

Lors d’un épisode de terreurs nocturnes, des symptômes tels que transpiration abondante, pleurs, confusion et fréquence cardiaque élevée apparaissent souvent. Les symptômes sont généralement similaires chez les enfants, les adolescents et les adultes.

Les autres symptômes que nous trouvons dans ce trouble sont les suivants:

  • Difficulté à se réveiller.
  • En cas de réveil, la personne se sent confuse, angoissée ou en pleine terreur.
  • La personne se réveille avec un cri de terreur après l’épisode.
  • Divers symptômes physiologiques déjà décrits.
  • La personne a du mal à être réconfortée.
  • Des crises de colère apparaissent pendant et après la terreur nocturne, en particulier chez les enfants.
  • La personne peut sortir du lit ou s’asseoir sur le bord du lit ou courir dans la maison.
  • Vous pouvez commettre des actes violents pendant votre sommeil (surtout chez les adultes).

Quelles sont les causes?

La cause exacte des terreurs nocturnes est inconnue à ce jour. Cependant, les spécialistes estiment qu’il existe un certain nombre de facteurs qui pourraient augmenter la probabilité de développer un trouble comme celui-ci. Parmi ces facteurs, on trouve:

  • Manque de sommeil ou fatigue.
  • Symptômes anxieux ou dépressifs.
  • Consommation de certains médicaments ou drogues.
  • Problèmes organiques.
  • Un état de tension émotionnelle importante.
  • Vivre une période stressante.
  • Dormir dans un nouvel environnement, loin de chez soi.
  • Suractivation du système nerveux central (SNC) pendant le sommeil.
  • Antécédents familiaux avec le même trouble.

Concernant cette dernière cause, selon une étude publiée en 2008 dans la revue Pediatrics, les terreurs nocturnes de l’enfance pourraient être héritées.

Quel est le traitement des terreurs nocturnes?

Quel est le traitement des terreurs nocturnes? Il n’y en a pas de spécifique. Cependant, des techniques de relaxation et de respiration sont souvent utilisées, telles que la respiration diaphragmatique, la relaxation musculaire progressive de Jacobson, la méditation, l’hypnose, le yoga, etc.

D’autre part, une technique appelée «réveils programmés» est utilisée (surtout chez les enfants). Cela consiste à réveiller l’enfant toutes les 15 à 30 minutes avant le moment où l’épisode apparaît habituellement, afin de «rompre» le cycle de sommeil et de prévenir l’événement.

Quelques recommandations

L'exercice régulier est important pour éviter les terreurs nocturnes.

De plus, certaines options qui peuvent être utiles pour réduire le stress associé à ce trouble. Parmi lesquelles:

  • Améliorer les habitudes de sommeil grâce à une bonne hygiène de sommeil.
  • Combattre le stress: identifier les sources qui le génèrent et y remédier.
  • Résoudre les autres conditions médicales: en cas de pathologie sous-jacente.
  • Médicaments: les benzodiazépines ou les antidépresseurs tricycliques sont souvent utilisés, bien qu’ils ne soient pas fréquemment utilisés chez les enfants.
  • Sécuriser l’environnement: afin d’éviter tout risque de blessure, il est recommandé de fermer les fenêtres et les portes avant de dormir, ainsi que de bloquer les portes ou les escaliers et d’éliminer les éléments dangereux.

Il n’est pas toujours nécessaire de le traiter

Il est important de noter ici que lorsque les terreurs nocturnes ne sont pas fréquentes (et surtout pendant l’enfance), le traitement n’est pas nécessaire. En effet, il s’agit d’un trouble non nocif, qui ne présente aucun danger pour l’enfant (même si les parents sont en détresse).

Néanmoins, il est conseillé d’éviter d’éventuels dommages en fermant les portes et les fenêtres dans le cas d’enfants très agités et qui sortent du lit pendant l’épisode.

Favoriser la tranquillité

Si votre enfant souffre de terreurs nocturnes et se réveille avec une grande peur et angoisse, la meilleure chose à faire est de l’accompagner au lit (au cas où il aurait bougé) et d’essayer de le rassurer. Vous pouvez lui parler lentement et à voix basse, mettre de la musique apaisante pour le rendormir, etc.

Les terreurs nocturnes peuvent être combattues efficacement

Comme vous avez pu le lire tout au long de l’article, ces événements sont plus ou moins courants et n’indiquent pas toujours une pathologie sous-jacente.

Le plus important est de savoir comment les identifier et demander de l’aide le plus tôt possible, au cas où elles représenteraient un problème considérable pour la qualité de vie des personnes touchées ou de leurs proches.

Cela pourrait vous intéresser ...
Syndrome du soir: symptômes, causes et traitement
Muy Salud
Lisez-le dans Muy Salud
Syndrome du soir: symptômes, causes et traitement

Le syndrome du soir ou syndrome du crépuscule affecte principalement les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer..Quels sont ses symptômes?



  • American Psychiatric Association –APA- (2014). DSM-5. Manual diagnóstico y estadístico de los trastornos mentales. Madrid: Panamericana.
  • Bjorvatn, B.; Grønli, J.; Pallesen, S (2010). “Prevalence of different parasomnias in the general population”. Sleep Medicine 11 (10): 1031–1034.
  • Carlson, N. (2014). Fisiología de la conducta, Editorial Pearson Education, Madrid, España.
  • Esteban, J., Zamorano, E., & Goncalvez, F. (2005). Guía de Buena Práctica Clínica en Patología del sueño, Editorial International marketing & Communication, España.
  • Hockenbury, Don H. Hockenbury, Sandra E. (2010). Discovering psychology (5th ed.). New York, NY: Worth Publishers. p. 157. ISBN 978-1-4292-1650-0.