Syndrome du soir: symptômes, causes et traitement

5 avril, 2021
This article has been written and endorsed by la psicóloga Laura Ruiz Mitjana
Le syndrome du soir, également appelé syndrome du crépuscule ou syndrome du coucher du soleil, implique des épisodes d'agitation, d'irritation et de confusion en début d'après-midi. Il apparaît généralement chez les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer. Découvrez ses symptômes, ses causes et ses traitements.

Le syndrome du soir est un trouble qui apparaît principalement chez les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Cela commence en début d’après-midi ou au moment de s’endormir. Il se caractérise par des symptômes tels que l’irritation, l’agitation, la confusion et les troubles du comportement.

Aussi appelé syndrome du crépuscule, syndrome du coucher du soleil ou coucher de soleil, il peut être très désagréable à vivre, tant pour le patient que pour sa famille. Parmi ses causes, on trouve une possible altération ou déficit du rythme circadien ou de l’horloge biologique de la personne, qui serait en charge de réguler un cycle de sommeil et d’éveil adéquat.

Le traitement du syndrome est axé sur la réduction des symptômes, grâce à des médicaments et surtout des mesures favorisant un sommeil paisible et réparateur (hygiène du sommeil), ainsi que des habitudes de vie saines. La régulation et l’ajustement de l’éclairage et d’autres facteurs environnementaux peuvent également aider.

D’autre part, le soutien émotionnel et le soutien du patient seront également des éléments clés de ce syndrome.

Syndrome du soir: qu’est-ce que c’est?

Le syndrome du soir affecte les personnes âgées.

Selon le psychologue résidentiel Ángel Moreno, dans une étude de 2007, le syndrome du soir est l’un des phénomènes les plus courants en médecine gériatrique et peut être défini comme un événement indésirable psycho-comportemental, qui apparaît surtout chez les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Cela implique que ces personnes deviennent très agitées, agressives et agitées l’après-midi et le soir. Ainsi, ce syndrome entraîne une période d’agitation et d’irritation extrêmes qui commence dans l’après-midi. Plus précisément, il survient en début d’après-midi et dure généralement jusqu’à la nuit.

Un syndrome typique dans la maladie d’Alzheimer

Elle affecte jusqu’à 20% des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, comme le prétend la Chicago Alzheimer’s Association à travers diverses études .

Les patients qui sont au stade intermédiaire de la maladie sont plus susceptibles de la développer. La cause principale semble être un dysfonctionnement du rythme circadien, qui est l’horloge biologique interne que nous avons tous et qui est responsable de la régulation des cycles de sommeil et d’éveil.

Symptômes

Les deux principaux symptômes du syndrome du soir sont l’agitation et la confusion. Cependant, à ces symptômes s’ajoutent d’autres, les plus fréquents étant:

  • Comportements ambulatoires.
  • Désorientation et perplexité (la personne ne sait pas où elle se trouve).
  • Tentative de se faire du mal.
  • Lancer des objets de manière compulsive.
  • Des cris (dirigés contre soi-même ou les autres).
  • Tentative de déchirer les vêtements.
  • Activité nocturne intense.
  • Sommeil / somnolence pendant la journée.
  • Divers troubles du comportement.

On sait que de nombreuses personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, au crépuscule, croient que «le moment est venu» de rentrer chez elles. Cela impliquerait l’apparition de certains des symptômes mentionnés.

En revanche, certains facteurs pourraient augmenter la probabilité d’apparition de certains symptômes étroitement liés à l’étiologie du trouble (comme nous le verrons plus loin). Parmi eux, on trouve:

  • Manque de lumière ambiante (ou éclairage insuffisant, mauvais éclairage).
  • Ombres accrues.
  • Une infection sous-jacente.
  • Modifications environnementales soudaines.
  • Epuisement mental et/ou physique (fatigue).
  • Sentiment de solitude, être loin de ses proches.

Comment se comporte la personne atteinte du syndrome du soir?

Le syndrome du soir est un trouble difficile et complexe en ce qu’il génère beaucoup de souffrances et d’inconfort chez la personne qui se sent très confuse. Les soignants et les membres de la famille en subissent également les conséquences. Nous avons vu certains des symptômes courants du syndrome, mais comment se comporte une personne atteinte de ce trouble?

Selon l’étude susmentionnée réalisée par Moreno (2007), à un niveau expressif, les patients atteints du syndrome du soir peuvent présenter un monologue réservé, des discussions animées, des cris, des malédictions, des cris et des réflexions.

Ainsi, à travers ces comportements, les personnes sollicitent constamment l’attention du soignant, reproduisant à plusieurs reprises les maniérismes et les plaintes.

En revanche, la confusion et la désorientation du patient conduisent à un état d’anxiété et de peur, qui se manifeste par des symptômes tels que la colère et l’irritabilité, et qui alterne avec des moments d’apathie et de dépression. De plus, des épisodes de maux de tête et de troubles de la perception peuvent apparaître.

Les causes

La principale cause associée au syndrome du soir est une altération des rythmes circadiens. Ces rythmes sont régulés par une structure cérébrale appelée noyau suprachiasmatique, où la mélatonine (la principale hormone du sommeil) joue un rôle majeur.

Chez les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, cette structure est endommagée, ce qui implique une diminution de la production de mélatonine. Les conséquences en sont des altérations de l’horloge biologique interne, ce qui causerait de la confusion lors du sommeil et du réveil,

Dans l’étiologie du syndrome du soir, nous trouvons également d’autres facteurs impliqués, tels que: les changements environnementaux, la fatigue mentale et physique (fatigue), un mauvais éclairage et d’autres maladies qui causeraient de l’inconfort et de la douleur chez le patient. Plus précisément, parmi les causes nous trouvons ce qui suit:

  • L’épuisement physique et mental, ajouté à la confusion dans des lieux et des personnes inconnus, peut intensifier les symptômes.
  • Un environnement tendu peut provoquer et aggraver les symptômes.
  • Un mauvais éclairage peut conduire à des ombres et augmenter la confusion de la personne, qui devient de plus en plus agitée.

Traitement du syndrome du soir: mesures générales

Le syndrome du soir nécessite un soutien médical.

Dans le traitement du syndrome du soir, différents types de mesures sont utilisées: environnementales, nutritionnelles, pharmacologiques, médicales, psychologiques… Certaines techniques généralement appliquées pour améliorer ce syndrome sont les suivantes:

  • Exposer le patient à la lumière naturelle (et si ce n’est pas possible, à la lumière artificielle) aux premières heures du matin afin de réguler son horloge biologique.
  • Réduction du bruit ambiant.
  • Choisir de mettre de la musique relaxante.
  • Transmettre tranquillité, sécurité et calme.
  • Empêcher la personne atteinte de la maladie d’Alzheimer de dormir pendant la journée.
  • Faire de l’exercice pendant la journée peut favoriser le sommeil.
  • Éliminer les substances stimulantes telles que la caféine.
  • Suivre une alimentation saine.
  • Établir des heures fixes pour manger, prendre des médicaments, effectuer des activités, etc.
  • Éviter l’usage injustifié de drogues.
  • Pratiquer l’écoute active avec le patient, offrant un soutien émotionnel.
  • Faire de petites promenades avec les membres de la famille.
  • Ne pas soumettre le patient à des contraintes physiques pendant la nuit.
  • Consulter le médecin à quelle heure il est préférable de prendre le médicament.

Traitement médical et soutien émotionnel

Au-delà de ces mesures, il est généralement fait appel à un traitement médico-pharmacologique qui sera personnalisé dans chaque cas. Des médicaments tels que les anxiolytiques ou les antidépresseurs sont parfois utilisés.

Au niveau psychologique, des interventions axées sur l’amélioration de l’état émotionnel de la personne sont choisies, soit par la thérapie cognitive, soit par d’autres orientations théoriques.

Accompagner ces personnes dans leur quotidien

La prévention des dommages sera également un aspect à prendre en compte. L’essentiel est que la personne se sente accompagnée dans les moments les plus agités.

On parle aussi d’un sens physique. Accompagner la personne à errer pendant ces épisodes nocturnes peut également permettre de se sentir plus calme ou mieux. En ce sens, il faut lui donner de l’espace et le superviser. Il vaut mieux faciliter son départ que de l’éviter, car l’éviter peut augmenter son agitation ou son irritabilité.

La psychoéducation dirigée vers le patient et sa famille peut être efficace pour améliorer les symptômes de la personne. Cela comprend des informations détaillées sur le syndrome, les causes possibles, les stratégies pour atténuer ses symptômes, etc.

Un syndrome complexe avec de nombreuses options thérapeutiques

Le syndrome du soir, comme nous avons pu l’explorer tout au long de l’article, s’avère être une condition susceptible d’aggraver considérablement la qualité de vie du patient et des soignants.

Le fait de consulter tôt et de manière responsable le service médical ou psychologique correspondant peut aider à prévenir de nombreuses complications liées à la maladie.