Qu'est-ce que le trouble d'évitement expérientiel?

Le trouble d'évitement expérientiel peut limiter la qualité de vie de plusieurs manières. Les personnes ayant des antécédents d'abus sexuel ou de trouble anxieux généralisé sont plus susceptibles de souffrir de cette maladie.
Qu'est-ce que le trouble d'évitement expérientiel?
Paula Villasante

Rédigé et vérifié par la psicóloga Paula Villasante dans 09 avril, 2021.

Dernière mise à jour : 09 avril, 2021

Le trouble d’évitement expérientiel est une pathologie dans laquelle les patients appliquent de manière rigide et inflexible certains comportements d’évitement. Cela peut entraver la poursuite d’objectifs personnels, diminuer le contact avec le présent et détériorer l’épanouissement individuel.

C’est un problème complexe aux origines psychopathologiques diverses. Malgré cela, il existe aujourd’hui de multiples méthodes de psychothérapie capables de générer des changements favorables dans la qualité de vie.

Si vous souhaitez découvrir les principales caractéristiques de cette pathologie, nous vous invitons à découvrir cet article.

Qu’est-ce qu’un comportement d’évitement expérientiel?

L’évitement expérientiel est un processus qui implique des évaluations négatives excessives. Il se caractérise par des pensées, des sentiments et des sensations indésirables, ainsi que par une réticence à vivre ces événements privés et un effort délibéré pour y échapper.

Dans certains contextes, ce comportement réprimé peut être vu comme une stratégie d’autoprotection visant à éviter des conséquences désastreuses.

Un exemple de cela peut être d’essayer de ne pas montrer de symptômes d’anxiété lors d’un entretien d’embauche. La même chose se produit lorsque vous contrôlez le sentiment d’ennui quand vous parlez à une personne importante ou que vous vous inquiétez de contrôler la peur face à la menace anticipée de faire face à quelque chose.

Dans ces contextes, l’évitement expérientiel peut être une stratégie bénigne à court terme pour gérer l’expression émotionnelle. Comme cela se produit dans un court laps de temps, les conséquences négatives peuvent être minimes.

Autrement dit, lorsque la personne qui procède à l’évitement ne voit pas sa vie affectée en l’exécutant, il n’y a pas de problème.

Cependant, l’évitement expérientiel peut devenir problématique lorsqu’il est appliqué de manière rigide et inflexible, comme vous le verrez ci-dessous.

Trouble d’évitement expérientiel

Cette pathologie peut se définir comme un comportement généralisé et inefficace d’évitement verbalement régulé.

Cela peut être décrit selon le paradigme classique de la maîtrise de soi, avec l’ajout de formulations plus récentes sur le comportement verbal et la réponse relationnelle dérivée.

D’une certaine manière, ce trouble peut être considéré comme un cas particulier de manque de maîtrise de soi auquel la personne est arrivée, à travers sa situation personnelle, à valoriser «le besoin de se sentir bien» comme une priorité absolue afin de se développer dans sa vie de tous les jours.

Pour une personne ayant ce type de comportement, la performance personnelle est déterminée par des tentatives d’éliminer et d’éviter une détresse immédiate. Même si cela conduit parfois à une détérioration générale de la vie personnelle de la personne touchée.

C’est un fait paradoxal que la personne affectée par ce schéma de comportement soit convaincue que son plan et ses actions sont corrects et nécessaires pour vivre.

Un exemple de cela pourrait être de penser à des choses comme: “Je ne peux pas vivre avec ces pensées terribles et douloureuses. J’ai besoin de faire quelque chose pour m’en débarrasser.”

Ce modèle de comportement est contrôlé par une réduction immédiate de la douleur et de la détresse (renforcement négatif) et par le pouvoir extraordinaire de «faire ce qu’il faut» ou d’être cohérent avec ses propres pensées ( renforcement positif ).

En d’autres termes, cela signifie sentir que les actions que vous entreprenez sont correctes pour atteindre vos objectifs. Une personne qui agit de cette manière n’aura pas d’autre possibilité de choisir une direction différente.

Ce modèle d’évitement expérientiel destructeur peut également s’expliquer en faisant allusion à l’histoire individuelle. Ainsi, de multiples interactions longitudinales, qu’elles soient accidentelles ou délibérées, favorisent la maîtrise des événements privés comme s’ils étaient des déterminants pour agir.

Le trouble d'évitement expérientiel provoque un grand nombre de symptômes.

A quel moment l’évitement expérientiel est-il pathologique?

L’évitement expérientiel, en soi, est une partie normale du langage et ne doit pas nécessairement entraîner un processus pathologique. Cependant, il est important de demander de l’aide lorsque l’évitement se généralise à un plus grand répertoire d’événements aversifs.

L’analyse du trouble d’évitement expérientiel doit préciser les conditions dans lesquelles l’anxiété se développe au point d’augmenter son intensité et de devenir une barrière à la vie, après plusieurs tentatives pour s’en débarrasser.

Le trouble d’évitement expérientiel est maintenu grâce au comportement de la personne en accord avec les contextes d’évaluation, d’expression, de raison et de régulation verbale pour contrôler les événements privés.

La construction de l’évitement expérientiel

C’est un fait bien connu de la communauté scientifique que les animaux, y compris les humains, essaient d’éviter les expériences et effets négatifs. Par exemple, lorsqu’un rat reçoit un choc électrique dans une chambre, il hésitera à y retourner.

Cela a une valeur de survie claire dans le sens où, grâce à cette capacité à éviter les signaux de danger, le corps évite les dommages physiques.

Néanmoins, la recherche à ce sujet suggère que le problème de l’évitement expérientiel est enraciné dans les fonctions littérales et évaluatives du langage humain et de la cognition. Cela signifie que verbaliser la douleur peut la faire revivre.

Ainsi, le langage augmente le nombre de signaux de danger potentiels. Un être humain peut être motivé pour éviter non seulement les signes extérieurs d’un danger réel, mais aussi les représentations symboliques de ce danger.

Stratégies cognitives et affectives utilisées dans l’évitement expérientiel

L’idée que les êtres humains sont motivés à éviter les expériences aversives est attestée par une littérature substantielle qui détaille les stratégies cognitives et affectives telles que les suivantes:

  • Suppression de la pensée.
  • Faire face à l’évitement.
  • Suppression émotionnelle.
  • Auto- tromperie.
  • Réévaluation.

Les stratégies cognitives telles que la suppression et le contrôle de la pensée impliquent la tendance générale à supprimer les pensées indésirables et à les contrôler par des moyens tels que la distraction et l’inquiétude.

Il a été démontré que ces stratégies conduisent à une augmentation paradoxale de l’apparition de certaines pensées.

De même, la suppression émotionnelle s’est avérée associée à de mauvais résultats en matière de santé physique et psychologique.

Faire face à l’évitement, ou la tendance à s’engager dans des stratégies d’évitement comportemental en réponse à des situations stressantes, est également associé à des résultats psychologiques négatifs.

Chacune de ces stratégies peut être comprise comme un évitement expérientiel dans le sens où elles représentent des méthodes spécifiques par lesquelles des mesures sont prises pour modifier l’expérience privée aversive.

L’évitement expérientiel et sa psychopathologie

D’un point de vue psychopathologique, il existe plusieurs façons de produire un évitement expérientiel. Ci-dessous, nous discuterons des trois itinéraires principaux.

Première voie

Les stratégies d’évitement délibérées sont souvent verbales et impliquent l’élément évité. Un exemple clair est de dire: “Je ne penserai pas à la consommation d’héroïne aujourd’hui”, une phrase qui inclut la représentation symbolique de la consommation d’héroïne.

De ce fait, l’élément évité peut devenir plus accessible et influencer la cognition et le comportement.

Deuxième voie

Dans ce cas, les expériences privées sont souvent conditionnées et peuvent donc ne pas se prêter à des stratégies de contrôle verbal.

Les travaux sur les voies neuronales du conditionnement de la peur indiquent que les zones corticales supérieures (verbales) ne sont pas nécessaires dans la création de la peur conditionnée. De plus, les projections sous-corticales vers le cortex sont beaucoup plus denses que celles qui vont dans la direction opposée.

Les deux résultats suggèrent que l’utilisation de stratégies de contrôle verbal peut être inefficace pour les processus non verbaux impliqués dans la pathologie.

Troisième voie

Même si les stratégies d’évitement sont efficaces, elles peuvent entraîner des problèmes secondaires tels qu’une vie restreinte aux efforts pour éviter la panique. Ou l’incapacité de s’adapter à des changements inévitables (comme le traitement du décès d’un être cher ou un changement de lieu de vie).

L’évitement expérientiel, implicitement et explicitement, a été reconnu dans la plupart des systèmes de thérapie. Par exemple, la thérapie psychodynamique met beaucoup l’accent sur la répression.

C’est le processus par lequel le matériel conscient qui est douloureux ou menaçant est relégué à l’inconscient.

Bien que les thérapies comportementales et cognitives se concentrent sur le changement (plutôt que l’acceptation) des expériences privées, les émotions et autres formes d’évitement expérientiel sont reconnus comme une problématique.

La thérapie cognitive révèle que les événements désagréables ont tendance à être ignorés, déformés ou oubliés.

Ainsi, certaines thérapies comportementales modernes telles que la thérapie comportementale dialectique et la thérapie d’acceptation et d’engagement se concentrent sur l’acceptation des expériences négatives plutôt que sur leur contrôle.

Facteurs de risque de développer un trouble d’évitement expérientiel

Certains facteurs prédisposants peuvent être liés à l’apparition d’ un trouble d’évitement expérientiel, tels que les suivants:

1. Abus de substances

Cette habitude représente une stratégie à court terme très efficace pour manipuler une expérience.

Dans de nombreux cas de toxicomanie, l’évitement expérientiel est généralement un prédicteur significatif. C’est le cas des personnes qui boivent beaucoup pour des raisons de renforcement négatif et de renforcement positif.

2. Abus sexuels sur des enfants

Cet événement est lié à une variété de dommages collatéraux indésirables à long terme tels que la dépression, les troubles anxieux généralisés, les comportements d’automutilation, le trouble de stress traumatique, la victimisation des adultes, les troubles de la personnalité ou la toxicomanie.

L’évitement dans ce sens est utilisé pour atténuer temporairement les expériences internes négatives liées à la maltraitance.

3. Trouble d’anxiété généralisé (TAG) et pathologies liées à l’anxiété

Le TAG conceptualise l’inquiétude comme une forme d’évitement. Cela suggère que l’inquiétude joue un rôle pour éviter la détresse interne.

De plus, elle est renforcée négativement par la réduction à court terme de la détresse et de l’excitation qui l’accompagne.

Ainsi, il semble que des stratégies d’adaptation et d’autorégulation inadaptées peuvent provoquer une détresse liée à l’anxiété à travers la tendance à éviter les expériences individuelles indésirables.

Le trouble d'évitement expérientiel présente des symptômes liés à une crise d'anxiété.

4. Automutilation délibérée

L’automutilation en l’absence de toute intention de mourir pourrait être considérée comme une stratégie pour réduire la détresse et l’excitation émotionnelles indésirables.

De plus, ces comportements destructeurs sont maintenus et renforcés par le conditionnement d’évasion et le renforcement négatif.

Thérapie d’acceptation et d’engagement, un moyen de traiter ce trouble

Cette thérapie tente de modifier l’impact des émotions et des cognitions. Elle modifie effectivement le combat avec ces émotions au lieu d’essayer de changer leur forme, leur fréquence ou les contextes qui les créent.

Par conséquent, les patients peuvent apprendre à entrer en contact avec des expériences psychologiques, directement et entièrement, plutôt que d’abandonner complètement les efforts de changement.

Ce type de thérapie les oriente vers des domaines qui peuvent être modifiés plus facilement, comme le comportement manifeste ou des situations de vie concrètes. Plutôt que vers les pensées et les sentiments.

En plus de favoriser l’acceptation psychologique, la thérapie d’acceptation et d’engagement tente d’amoindrir les constructions verbales qui soutiennent le comportement dysfonctionnel. Cela décourage également la mesure dans laquelle les patients réagissent aux pensées comme si elles étaient littérales.

Le trouble d’évitement expérientiel est multifactoriel et complexe

En bref, l’évitement expérientiel apparaît et est lié à d’autres comportements et problèmes. Le traitement de cette condition dépend du trouble sous-jacent lui-même.

Dans tous les cas, des approches telles que la thérapie d’acceptation et d’engagement se sont avérées utiles comme traitement pour ces types de problèmes.

Cela pourrait vous intéresser ...
Thérapie en ligne: caractéristiques, avantages et efficacité
Muy Salud
Lisez-le dans Muy Salud
Thérapie en ligne: caractéristiques, avantages et efficacité

Quelles sont les caractéristiques de la thérapie en ligne? Est-ce tout aussi efficace que la thérapie en présence physique du thérapeute? etc..



  • Luciano Soriano, Carmen, Gutiérrez Martínez, Olga, Rodríguez Valverde, Miguel, Análisis de los contextos verbales en el trastorno de evitación experiencial y en la terapia de aceptación y compromiso. Revista Latinoamericana de Psicología [Internet]. 2005;37(2):333.
  • Luciano, Carmen, Páez-Blarrina, Marisa, Valdivia-Salas, Sonsoles, La Terapia de Aceptación y Compromiso (ACT) en el consumo de sustancias como estrategia de Evitación Experiencial. International Journal of Clinical and Health Psychology [Internet]. 2010;10(1):141-165.
  • Gil Roales-Nieto, J. (1996). La adicción como conducta. Variables diferenciadoras y dimensiones de interés. En J. Gil Roales-Nieto (Ed.), Psicología de las adicciones (pp. 1-20). Granada: Ediciones Némesis.