Amnésie infantile: où sont passés les souvenirs de nos premières années?

L'amnésie infantile est le terme utilisé pour désigner le fait de ne pas pouvoir se souvenir des premières années de notre vie. Mais pourquoi apparaît-il?
Amnésie infantile: où sont passés les souvenirs de nos premières années?
Laura Ruiz Mitjana

Rédigé et vérifié par la psicóloga Laura Ruiz Mitjana dans 06 avril, 2021.

Dernière mise à jour : 06 avril, 2021

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi vous ne vous rappeliez pas les premières années de votre vie? Ou quel est le “premier” souvenir que vous avez de votre enfance ou de votre vie? L’amnésie infantile est liée à tout cela.

Nous, les adultes, faisons l’expérience de ce type d’amnésie, lorsque nous essayons d’évoquer des souvenirs de l’époque où nous avions deux ou trois ans. N’est-ce pas difficile pour vous de le faire? Cela a une explication (ou plusieurs). Nous en parlons dans cet article.

Qu’est-ce que l’amnésie infantile?

L’amnésie infantile est définie comme l’incapacité courante chez les adultes à se souvenir des premières années de leur enfance. Ce type d’amnésie, en général, englobe les événements de la naissance à trois ou quatre ans de vie.

L’âge moyen de nos premiers souvenirs est de 3 ans et 4 mois. Cependant, il y a des gens qui peuvent se souvenir d’expériences vécues quand ils étaient plus jeunes.

Il s’agit de la mémoire épisodique, celle impliquée dans les événements autobiographiques (expériences vécues, lieux, émotions associées, variables contextuelles…), qui peut être explicitement évoquée.

Nous ne parlons pas d’autres types de mémoire, comme la mémoire procédurale liée aux compétences d’apprentissage, comme la bicyclette.

A quel moment apparaît l’amnésie infantile?

Paradoxalement à son nom, même s’il a toujours été dit que l’amnésie infantile apparaît chez l’adulte, comme le déclarent West et al. (1999) dans l’une de leurs enquêtes, cela peut apparaître beaucoup plus tôt. Ainsi, certaines recherches indiquent qu’à l’âge de sept ans, on peut déjà avoir oublié des souvenirs des premières années de vie.

Ceci est confirmé par les enquêtes de Bauer et Larkina menées en 2014. Dans ces enquêtes, il a également été observé que les jeunes enfants pouvaient même avoir plus de souvenirs, bien que ceux-ci soient moins clairs et détaillés.

En revanche, les personnes âgées ont pu évoquer des phénomènes et des événements plus largement et plus clairement sans se souvenir de leurs premières années de vie.

Pourquoi ne nous souvenons-nous pas de nos premières années?

L'amnésie infantile n'est pas mauvaise.

Mais pourquoi ne nous souvenons-nous pas de nos premières années de vie? Il existe différentes hypothèses qui ont tenté de répondre à cette question. Quand on est petit, le cerveau se développe très vite.

En fait, au cours des deux premières années de la vie, le cerveau crée tellement de nouvelles connexions que c’est le moment où il a plus de connexions que dans toute sa vie.

Cependant, cet organe doit être «élagué» pour fonctionner correctement, ce qui signifie qu’il faut se débarrasser de certaines connexions. Dans ce processus, au cours des premières années de la vie, le cerveau perd des souvenirs. Le langage pourrait, dans ces cas, aider les souvenirs à se fixer. Mais comme il n’y a pas encore de langage, ce n’est pas possible.

D’autres hypothèses suggèrent que nous ne pouvons pas nous souvenir des choses qui impliquent un concept particulier tant que nous n’avons pas compris de quoi il s’agit. À la suite de cette immaturité cérébrale, une amnésie infantile pourrait apparaître.

L’influence de ce que nous savons

En ce sens, les concepts que nous avons clairs depuis l’enfance (et ceux qui ne le sont pas) peuvent également influencer l’amnésie infantile. De quelle manière?

Prenons un exemple pour mieux le comprendre: imaginons le souvenir d’une chute sur un vélo, qui survient à un très jeune âge. Comme le dit Loveday, nous savons que les enfants n’intègrent pas de concepts tels que l’aversion avant l’âge de 5 ans, et que les gens ne gardent pas de souvenirs liés au concept d’aversion avant cet âge.

Ce serait donc une autre explication possible de l’amnésie infantile. Comme nous l’avons vu dans l’exemple et, comme le suggèrent les experts, nous ne pouvons pas encoder une mémoire ou un souvenir avant d’avoir un concept linguistique pour chaque donnée. Cela montre la relation entre la mémoire et la langue.

Amnésie infantile: Immaturité de l’hippocampe

Une autre explication liée à l’amnésie infantile est l’immaturité de l’hippocampe à un très jeune âge. L’hippocampe est une structure cérébrale clé, qui nous permet d’encoder et de stocker la mémoire épisodique.

Par ailleurs, l’hippocampe est encore immature en bas âge. Cela expliquerait le fait que le cerveau n’est pas encore assez mature pour stocker ce genre de souvenirs d’enfance.

Faux souvenirs

Ce qui se passe, c’est que nous formons une image mentale de X choses qui nous disent que nous vivons (dans ce cas, l’image de la voiture), et progressivement, notre esprit transforme cette image en quelque chose que nous expérimentons comme si elle était dans notre mémoire..

Comme on peut le voir, les informations que les autres nous donnent peuvent nous conduire à «faire» de faux souvenirs.

Il peut aussi arriver que nous ayons une mémoire plus ou moins claire et que les «nouvelles» contributions des autres nous conduisent à modifier ou enrichir cette mémoire avec de nouveaux détails qui n’existaient pas vraiment. C’est l’un des pièges de la mémoire.

Amnésie infantile: Le rôle de l’inconscient

Cela ne veut pas dire que les gens qui prétendent se souvenir d’événements comme leur naissance ou d’autres expériences mentent. Dans leur tête, cette mémoire existe, même si en réalité c’est une mémoire fabriquée, qu’ils n’ont pas réellement dans leur cerveau.

Nous le faisons tous parce que nous construisons des souvenirs avec ce que nous avons sous la main, et parfois ces éléments sont foirés.”

-Martin Conway-

Les bébés peuvent créer des souvenirs

L'amnésie infantile ne nécessite pas de traitement.

Cependant, au-delà de la mémoire fictive, certains experts affirment que les bébés ont la capacité de générer des souvenirs. Ce qui se passe, c’est qu’ils les oublient rapidement plus tard.

En revanche, au niveau autobiographique, les enfants de cinq ans peuvent identifier et se souvenir d’une situation qu’ils ont vécue à l’âge de deux ans. Ainsi, dans l’amnésie infantile, ce n’est pas tant que les enfants de moins de trois ans n’ont pas de mémoire, mais plutôt qu’ils sont incapables de se souvenir de ce qui leur arrive.

Ce sont des souvenirs qui finissent par se volatiliser avec le temps. C’est pourquoi on parle d’une véritable amnésie, car les souvenirs existent pas, mais ils s’estompent avec le temps.

Nos premiers souvenirs

Comme nous l’avons vu, l’amnésie infantile est ce qui expliquerait pourquoi nous ne nous souvenons pas des premières années de notre vie. Cela englobe les événements qui se produisent depuis notre naissance jusqu’à l’âge de trois ou quatre ans.

On ne se souvient pas de ces premières années car dans l’enfance le cerveau n’était pas encore prêt à stocker ce type de mémoire épisodique. Elle est également liée à l’absence de langage, car si nous n’avons pas le concept pour désigner une expérience, il est très peu probable que nous puissions la stocker, encore moins l’évoquer.

“Nous sommes tous les morceaux de ce dont nous nous souvenons. Nous avons en nous les espoirs et les peurs de ceux qui nous aiment. Tant qu’il y a de l’amour et de la mémoire, il n’y a pas de véritable perte.”

-Cassandra Clare-

Cela pourrait vous intéresser ...
8 curiosités sur la mémoire, selon la science
Muy Salud
Lisez-le dans Muy Salud
8 curiosités sur la mémoire, selon la science

Comment fonctionne notre cerveau lorsqu'il tente de stocker et d'accéder à des informations? Découvrez 8 curiosités sur la mémoire..



  • Bauer, P. J. & Larkina, M. (2014). The onset of childhood amnesia in childhood: A prospective investigation of the course and determinants of forgetting of early-life events. Memory.
  • Billig, M. y Edwards, D. (1994): La construcción social de la memoria. Mundo Científico, 150(14): 814-817.
  • Diges, M. y Perpiñá, C. (1994): Psicopatología de la Memoria. En A. Belloch, F. Ramos y B. Sandín (Comps.): Manual de Psicopatología. Vol. I.
  • Usher, J; Neisser U (1993). «Childhood Amnesia and the Beginnings of Memory for Four Early Life Events». Journal of Experimental Psychology, 122: 155-165. 
  • West, T; Bauer P (1999). «Assumptions of Infantile Amnesia: Are There Differences Between Early and Later Memories?». Memory, 7(3): 257-278.