Qu'est-ce qu'une décompensation psychotique?

Une décompensation psychotique implique une rupture avec la réalité. Apprenez-en plus sur ce phénomène dans notre article.
Qu'est-ce qu'une décompensation psychotique?
Laura Ruiz Mitjana

Rédigé et vérifié par la psicóloga Laura Ruiz Mitjana dans 22 mars, 2021.

Dernière mise à jour : 22 mars, 2021

Qu’est-ce qu’une décompensation psychotique? On pourrait dire que les personnes qui ne manifestent pas de trouble mental de type psychotique vivent leur réalité dans un continuum. Autrement dit, elles ont un contact adéquat avec la réalité, et peuvent différencier ce qui est réel de ce qui ne l’est pas.

Mais qu’en est-il des personnes atteintes de troubles psychotiques? Ou avec celles qui sont exposés à des situations réellement traumatisantes ou stressantes? Lorsque le continuum de la réalité se brise, on parle de décompensation psychotique.

Ainsi, dans un épisode de rupture psychotique, il y a rupture avec la réalité, et la personne cesse d’être en contact avec elle. Elle ne sait plus ce qui est réel et ce qui ne l’est pas. C’est dans ce contexte qu’apparaissent hallucinations, délires, symptômes d’agitation ou de violence.

Les experts appellent cela une «décompensation» (c’est-à-dire que le patient a décompensé ou s’est enflammé). Qu’est-ce qu’une rupture psychotique? Y a-t-il des signes avant-coureurs qui nous permettent de l’anticiper? Dans quels troubles sont-elles plus fréquentes que dans la schizophrénie?

Qu’est-ce qu’une décompensation psychotique?

Une rupture psychotique peut être difficile à contrôler.

Une rupture psychotique est une rupture temporaire avec la réalité, c’est-à-dire une perte de contact avec elle. Cela signifie que lors de cet épisode, la personne ne distingue pas si ce qui se passe est réel ou non.

La personne touchée peut développer des pensées paranoïdes importantes, qui peuvent se transformer en délires, ainsi que des hallucinations de différents types.

Il est conseillé de traiter l’épidémie psychotique avec des médicaments, ainsi que de demander une aide psychologique le plus rapidement possible, pour éviter de mettre en danger la vie de la personne ou de son entourage. De plus, c’est pendant l’épidémie que les médicaments antipsychotiques sont les plus efficaces (pas avant ou après l’épidémie).

Typique de certains troubles ou situations

Les poussées psychotiques apparaissent, entre autres, lors de troubles psychotiques, tels que la schizophrénie, le trouble schizophréniforme ou un trouble psychotique bref. Cependant, elles peuvent également apparaître isolément chez des personnes ne souffrant d’aucun trouble psychotique.

En ce sens, des situations traumatisantes ou très stressantes peuvent déclencher des symptômes.

On pense également qu’il y a des gens qui manifestent une certaine prédisposition génétique à en souffrir. Si certains facteurs environnementaux s’ajoutent à cette vulnérabilité individuelle (par exemple, les facteurs de stress déjà mentionnés), l’apparition de l’épidémie est plus probable.

Signes précurseurs d’une décompensation psychotique

Certains signes peuvent indiquer l’apparition imminente d’une poussée psychotique (c’est ce que nous appelons «prodromique», dans la phase prodromique de la schizophrénie, comme nous le verrons plus loin). Quels sont certains de ces signes ou signes?

  • La personne commence à s’isoler du point de vue social.
  • Des changements apparaissent dans la routine de cette personne, ainsi que dans sa façon de se comporter ou de s’habiller (elle peut abandonner l’hygiène, par exemple).
  • Commence à afficher un comportement désorganisé, bizarre, extravagant, inhabituel, etc.
  • La personne commence à avoir des idées étranges qui ne semblent pas avoir de logique ou de relation avec la réalité.

Décompensation psychotique dans la schizophrénie

Dans la schizophrénie, l’apparition de l’épidémie psychotique est fréquente. Quand la personne germe, on dit généralement qu ‘«elle a décompensé».

Ainsi, l’épidémie psychotique fait partie des symptômes positifs de ce trouble psychotique, puisqu’elle comprend généralement des hallucinations et des délires. Rappelons-nous ici que trois types de symptômes apparaissent dans la schizophrénie:

  • Positif: ce sont ceux qui impliquent l’apparition d’un phénomène, et comprennent des hallucinations, des délires, des pensées désorganisées, etc.
  • Négatif: impliquent la «désactivation» de certaines zones, et comprennent l’aplatissement affectif, l’échelle ou l’absence de communication, la déconnexion avec l’environnement…
  • Cognitif: diminution de l’attention et de la mémoire, troubles des fonctions exécutives, lenteur de la réflexion, etc.

En revanche, pour le diagnostic de la schizophrénie, selon le DSM-5 ( Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux ), au moins deux des symptômes suivants doivent apparaître:

  • Délires.
  • Hallucinations
  • Langage désorganisé.
  • Comportement catatonique ou très désorganisé.
  • Symptômes négatifs.

C’est-à-dire qu’il doit y avoir un certain symptôme qui déclencherait une véritable épidémie psychotique. Les personnes atteintes de schizophrénie, qui est un trouble chronique, manifestent différentes flambées tout au long de leur vie, bien qu’avec un suivi psychiatrique et psychologique adéquat, elles puissent être évitées.

Phases de la schizophrénie

La schizophrénie a une évolution assez hétérogène. Cependant, quatre étapes ou phases ont été définies afin de mieux comprendre comment les patients atteints de ce trouble évoluent habituellement. Où se situerait la rupture psychotique dans ces phases? Voyons-le:

  • Phase prémorbide: dans cette phase, le patient ne présente pas de symptômes de schizophrénie et leur fonctionnement est normal.
  • Phase prodromique: dans cette phase, les premiers prodromes apparaissent, c’est-à-dire des signes de la maladie, mais pas des symptômes exacts. Ainsi, la personne peut ressentir un léger changement de comportement, une altération de l’humeur, un comportement un peu étrange, etc.
  • Phase aiguë: c’est dans cette phase qu’apparaît l’épidémie psychotique. Autrement dit, le patient a décompensé. Dans cette phase, les antipsychotiques sont plus efficaces que jamais.
  • Phase résiduelle: c’est la phase post-épidémique ou post-crise, c’est-à-dire après l’épidémie. Elle est divisée en deux: phase de récupération initiale (lorsqu’il y a une rémission partielle des symptômes) et phase de récupération tardive (lorsque la personne fonctionne déjà normalement).

La décompensation psychotique dans d’autres troubles

Les poussées psychotiques nécessitent un traitement.

La décompensation psychotique peut également apparaître dans d’autres troubles du spectre psychotique. C’est le cas du trouble schizo-affectif, du trouble délirant, du trouble psychotique bref et du trouble psychotique partagé.

Trouble schizo-affectif

Ceci est classé comme tel dans le DSM-5 et se caractérise par un schéma ininterrompu au cours duquel un épisode dépressif majeur (y compris une humeur dépressive) ou un épisode maniaque est apparu, ainsi que des symptômes du critère A de la schizophrénie (c’est-à-dire le apparition de délires, d’hallucinations, etc.).

Comme nous pouvons le voir, les symptômes de l’humeur sont ici associés à des symptômes psychotiques. Par conséquent, une personne atteinte de ce trouble peut également manifester une épidémie psychotique lorsqu’elle se décompense.

Trouble délirant

Les personnes atteintes de trouble délirant, un autre trouble du spectre psychotique, peuvent également avoir une pause psychotique. Ainsi, le trouble délirant est également caractérisé en tant que tel dans le DSM-5.

Pour être diagnostiquée, la personne doit manifester un ou plusieurs délires d’une durée de 1 mois ou plus.

Comme nous l’avons vu, les délires font partie des symptômes positifs du spectre psychotique. En souffrir brusquement peut donc déclencher une épidémie psychotique.

Trouble psychotique bref

Le trouble psychotique bref est de courte durée. Il dure au moins 1 jour, mais moins d’un mois. Puis la personne retourne à son niveau d’activité prémorbide (c’est-à-dire qu’elle reprend ses fonctions normales). Cela implique la présence d’au moins l’un des symptômes suivants:

  • Délires.
  • Hallucinations.
  • Langage désorganisé.
  • Comportement très désorganisé ou catatonique.

Lorsqu’une personne manifeste une rupture psychotique qui dure au moins 1 jour, elle peut déjà être diagnostiquée avec un bref trouble psychotique.

Bien entendu, les symptômes ne peuvent être dus à un autre problème sous-jacent (par exemple, dépression, trouble bipolaire avec symptômes psychotiques, schizophrénie, etc.) ou aux effets physiologiques directs d’une substance ou d’une maladie médicale.

Trouble psychotique partagé

Cette condition (également appelée folie à deux ) implique une illusion partagée par deux personnes. C’est-à-dire qu’il existe une personne «influente», qui a généralement un diagnostic de schizophrénie ou de dépression, qui «transfère» son délire à une autre personne «influencée» (cette seconde est celle qui souffre du trouble psychotique partagé).

Ce diagnostic a été supprimé dans la dernière version du DSM (DSM-5). Cependant certains auteurs affirment encore son existence. Dans ce cas, les deux personnes pourraient manifester la décompensation psychotique à travers leur délire.

Les poussées psychotiques sont complexes et variées

Comme vous avez pu le voir tout au long de l’article, ces modifications peuvent être dues à une grande variété de problèmes. Elles sont particulières et parfois difficiles à identifier.

Pour éviter la progression de symptômes et de comportements agressifs qui pourraient mettre la vie d’une ou de plusieurs personnes en danger, une thérapie psychologique et psychiatrique rapide est nécessaire.

Cela pourrait vous intéresser ...
Thérapie en ligne: caractéristiques, avantages et efficacité
Muy Salud
Lisez-le dans Muy Salud
Thérapie en ligne: caractéristiques, avantages et efficacité

Quelles sont les caractéristiques de la thérapie en ligne? Est-ce tout aussi efficace que la thérapie en présence physique du thérapeute? etc..



  • American Psychiatric Association -APA- (2014). DSM-5. Manual diagnóstico y estadístico de los trastornos mentales. Madrid. Panamericana.
  • American Psychiatric Association -APA- (2000). DSM-IV-TR. Diagnostic and statistical manual of mental disorders (4thEdition Reviewed). Washington, DC: Author.
  • Belloch, A., Sandín, B. y Ramos, F. (2010). Manual de Psicopatología. Volumen II. Madrid: McGraw-Hill.
  • OMS: CIE-10. (1992). Trastornos Mentales y del Comportamiento. Décima Revisión de la Clasificación Internacional de las Enfermedades. Descripciones Clínicas y pautas para el diagnóstico. Organización Mundial de la Salud, Ginebra.
  • Sims, A. (2002). Symptoms in the mind: An introduction to descriptive psychopathology (3rd ed.). Edinburgh: Elsevier Science Ltd.