Parler seul est bon pour le cerveau

Daniela Andarcia · 19 avril, 2021
Est-ce mauvais de parler seul? Comment cette habitude affecte-t-elle notre cerveau? Y a-t-il une manière correcte de le faire? etc..

Il arrive souvent que la conversation n’arrive que spontanément. Lorsque vous êtes pressé et que vous cherchez les clés de votre maison, avant une exposition ou un événement important sont quelques-uns des exemples les plus typiques. Parler seul ne signifie pas que vous êtes une personne étrange ou que quelque chose ne va pas avec vous. Cette habitude est pratiquée par de nombreuses personnes et comporte généralement plus d’avantages que vous ne le pensez.

Et nous ne parlons pas seulement de l’habitude de réfléchir à certaines choses en silence, mais de parler à haute voix avec nous-mêmes et, parfois, même de répondre aux questions posées.

Cela se produit pour diverses raisons, en particulier lorsque nous sommes soumis à des émotions telles que la colère, les nerfs ou une concentration élevée. Mais savez-vous pourquoi parler seul est bon pour votre cerveau? Découvrez la réponse à cette question.

5 avantages de se parler seul pour votre cerveau

Il y a une grande différence entre un dialogue avec soi-même et une conversation avec un agent externe que vous seul pouvez percevoir.

Après avoir clarifié cela, il y en a plusieurs qui théorisent que lorsque nous parlons à haute voix avec nous-mêmes, nous ralentissons nos pensées, entre autres choses, ce qui aide à les traiter plus efficacement.

En général, c’est parce que les centres du langage du cerveau sont mis en action. Mais comment cette habitude peut profiter à votre cerveau?

1. Parler seul accélère le processus d’apprentissage

Parler seul ne peut qu’améliorer grossièrement notre processus d’apprentissage. Les experts ont montré que cette habitude contribue à renforcer les informations stockées dans la mémoire à long terme.

En vous posant des questions, en y répondant et en contestant les réponses, vous jouez le rôle d’un enseignant assidu qui essaie d’amener ses élèves à tirer le meilleur d’eux-mêmes et à consolider leurs connaissances.

Une femme âgée dans ses pensées.

2. Cela peut réduire les niveaux de stress

Il a été démontré que dans les moments de confusion, de tristesse, de colère ou de stress, la réalisation d’un monologue peut être bénéfique pour atténuer ces émotions. Si vous ne le faites pas, vous pouvez essayer de prendre cette habitude et la considérer comme une sorte de thérapie pour relâcher les tensions.

Gardez à l’esprit que des niveaux de stress prolongés peuvent nuire à la santé de votre cerveau et de votre corps en général.

3. Parler seul aide à rester concentré

Une étude publiée dans Acta Psychologica a montré que se poser des questions rhétoriques lors de l’exécution de tâches techniques peut augmenter votre niveau de concentration.

En effet, l’auto-conversation est un outil utile pour revoir les procédures et repérer les défauts. Par conséquent, se demander à voix haute si cet objet s’insère ou non dans un trou, par exemple, est approprié pour ces cas.

En plus d’exprimer une certaine frustration ou autre, il est probable que la répétition des instructions et des processus à voix haute augmente vos connaissances en la matière. Et parfois, cela peut vous faire changer d’avis si vous prévoyez d’abandonner, car en vous parlant seul vous vous souvenez de vos progrès.

4. Augmente les niveaux de motivation

Parfois, nous avons des sentiments de blocage qui découlent du sentiment qu’un certain objectif ou projet a été bloqué. Cette pensée négative peut être minimisée si nous utilisons l’outil du discours intérieur positif.

Des phrases comme “Vous faites du bon travail!” ou “Vous pouvez gérer ça!” augmentent votre motivation personnelle et vous renforce. Après tout, le son aide à renforcer l’information.

Tenez compte du fait que ces phrases, selon une étude de 2014, lorsqu’elles sont prononcées à la deuxième ou à la troisième personne fonctionnent mieux pour vous. En effet, en utilisant ces pronoms, vous créez le sentiment de parler à une autre personne, ce qui conduit à un détachement émotionnel, atténuant ainsi les fonctions de détresse associées à l’objectif que vous pensez être bloqué.

5. Parler seul aide à traiter des sentiments complexes

Parfois, il y a des expériences personnelles que vous ne souhaitez pas partager avec des tiers ou avec vos proches. Dans de telles situations, vous chercherez probablement à les améliorer un peu avant de les exposer.

Cela nécessite de prendre du temps, de réfléchir et de segmenter la situation afin de trouver la solution la plus appropriée. Parler à voix haute dans l’intimité de votre chambre, par exemple, peut vous aider à repérer les préoccupations potentielles que les tribulations actuelles peuvent apporter.

De la même manière, avoir un discours intérieur sur certains sentiments profonds les minimise et les rend plus faciles à résoudre. Ou, à défaut, cela vous aidera à accepter la situation, ce qui contribuera à atténuer son impact.

Une femme de dos assise et qui lève les bras au ciel.

Apprenez à vous parler de la bonne façon

La façon dont nous communiquons avec nous-mêmes peut affecter négativement ou positivement nos pensées. Des monologues tels que «Je suis stupide!», «Je suis inutile!» ou «Cela a été fatal!», par exemple, sont des prémisses qui ont tendance à altérer notre estime de soi et à diminuer considérablement notre sens des valeur.

C’est ce qu’on appelle un dialogue négatif et nous devons l’éviter à tout prix. Pour ce faire, mettez en pratique ces recommandations simples:

Orientez le monologue en votre faveur

Les scénarios de conversation ne reviennent fréquemment que pendant notre journée. Les opportunités telles que la perte d’un objet, un entretien d’embauche ou l’exécution d’une activité en général, sont bonnes pour dialoguer avec vous-même.

Selon une étude publiée dans la revue médicale Quarterly Journal of Experimental Psychology, vous poser des questions à voix haute telles que “Où vais-je mettre cet objet?”, “Où ai-je vu cette chose pour la dernière fois?” ou simplement en mentionnant le nom de l’élément manquant peut vous aider à le retrouver plus rapidement sans générer de tension.

De même, il existe des preuves scientifiques que l’incorporation de votre monologue à voix haute comme une extension de vos idées est très utile pour fixer et accélérer la compréhension du sujet étudié.

Écoutez ce que vous dites

Parler à voix haute ainsi qu’écouter attentivement sont des combinaisons nécessaires et importantes lorsque l’on se parle à soi-même. Prêter attention à ce que nos pensées disent favorise le processus de communication interne, influençant positivement notre capacité à réussir dans toute question soulevée.

Gardez à l’esprit que cette habitude bien orientée sert de soutien dont vous avez besoin pour faire face à une certaine situation.

Parlez à la troisième personne

Cela consiste à vous référer à vous-même à la deuxième ou à la troisième personne, vous créerez ainsi un sentiment de détachement émotionnel et vous pourrez prendre une décision plus objective et plus claire.

Parler seul, que retenir?

  • Se sentir à l’aise et libre de s’engager dans une conversation autonome peut prendre du temps, mais n’oubliez pas que cela est plus courant que vous ne le pensez.
  • Éliminez les stigmates associés à cette pratique, gardez à l’esprit que la réalisation sur le long terme peut vous être bénéfique.
  • Un dialogue interne bien exécuté en cas de problème vous apporte le soutien nécessaire pour remédier à cette situation.
  • Il est nécessaire que vous vous référiez de manière positive et à la troisième personne. Cela vous aidera à obtenir de meilleurs résultats.
  • N’oubliez pas de faire attention à ce que vous dites lorsque vous vous parlez.
  • Forrin, N. D., & MacLeod, C. M. (2018). This time it’s personal: the memory benefit of hearing oneself. Memory (Hove, England), 26(4), 574–579. https://doi.org/10.1080/09658211.2017.1383434
  • Moser, J. S., Dougherty, A., Mattson, W. I., Katz, B., Moran, T. P., Guevarra, D., Shablack, H., Ayduk, O., Jonides, J., Berman, M. G., & Kross, E. (2017). Third-person self-talk facilitates emotion regulation without engaging cognitive control: Converging evidence from ERP and fMRI. Scientific reports, 7(1), 4519. https://doi.org/10.1038/s41598-017-04047-3
  • Kirkham, A. J., Breeze, J. M., & Marí-Beffa, P. (2012). The impact of verbal instructions on goal-directed behaviour. Acta psychologica, 139(1), 212–219. https://doi.org/10.1016/j.actpsy.2011.09.016
  • Kross, E., Bruehlman-Senecal, E., Park, J., Burson, A., Dougherty, A., Shablack, H., Bremner, R., Moser, J., & Ayduk, O. (2014). Self-talk as a regulatory mechanism: how you do it matters. Journal of personality and social psychology, 106(2), 304–324. https://doi.org/10.1037/a0035173
  • Lupyan, G., & Swingley, D. (2012). Self-directed speech affects visual search performance. Quarterly journal of experimental psychology (2006), 65(6), 1068–1085. https://doi.org/10.1080/17470218.2011.647039
  • Berry, D. C. (2007). Metacognitive experience and transfer of logical reasoning. The quarterly journal of experimental psychology, 35(1), 39–49. https://doi.org/10.1080/14640748308402115