5 avantages d'être bilingue pour le cerveau

Y a-t-il des avantages à être bilingue pour le cerveau? Le fait de maîtriser deux langues peut-il nous aider à retarder une démence? Que dit la science à ce sujet?
5 avantages d'être bilingue pour le cerveau
Laura Ruiz Mitjana

Rédigé et vérifié par la psicóloga Laura Ruiz Mitjana dans 14 avril, 2021.

Dernière mise à jour : 14 avril, 2021

Saviez-vous qu’il y a différents avantages à être bilingue? En effet, notre cerveau est parfaitement apte à apprendre plusieurs langues, surtout pendant l’enfance. Cela est dû à sa grande plasticité neuronale.

De nombreuses études assurent que l’apprentissage d’une seconde langue permet de retarder ou d’éliminer le risque de souffrir de certaines maladies neurodégénératives.

D’autre part, être bilingue est lié à une plus grande flexibilité cognitive et à une meilleure capacité de concentration, et pourrait même favoriser la récupération cognitive après un AVC. Voulez-vous en savoir plus sur les avantages d’être bilingue pour le cerveau? Nous vous disons tout.

5 avantages d’être bilingue pour le cerveau

Selon un article (2012) de Mayte Rius, publié dans La Vanguardia, de nombreux groupes de recherche tentent de découvrir comment l’apprentissage de différentes langues affecte le cerveau.

Cette recherche est active depuis plusieurs années, et les questions sans réponse sont toujours ouvertes. Même s’il existe déjà des données qui prouvent que le cerveau bilingue n’est ni ne fonctionne comme le cerveau monolingue (chez les personnes qui ne parlent qu’une seule langue).

Mais y a-t-il vraiment des avantages à être bilingue au niveau cérébral? Les neurosciences suggèrent que oui. Dans cet article, nous avons sélectionné 5 de ses avantages les plus pertinents.

1. Être bilingue retarde la démence

Les avantages d'être bilingue peuvent inclure les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer.

L’un des principaux avantages d’être bilingue pour le cerveau est que cela peut retarder l’apparition de la démence. Cette condition améliore l’attention et la mémoire, ce qui favoriserait la réserve cognitive des individus.

Ceci est lié à une diminution du risque de développer une démence. En effet, les symptômes de la démence sont retardés chez les personnes qui étaient bilingues toute leur vie.

En ce sens, les experts soulignent que la maîtrise de deux langues nous protège d’un éventuel déclin cognitif. Autrement dit, profiter de la santé mentale (et aussi physique) tout au long de la vie nous prépare à vieillir en meilleure santé.

Étude: bilinguisme et démence

Une équipe de chercheurs du Rotman Institute, à Toronto, a vérifié comment les personnes qui parlaient deux langues ou plus régulièrement au cours de leur vie présentaient les symptômes de la maladie d’Alzheimer entre 4 et 5 ans plus tard que celles qui ne parlaient qu’une seule langue.

Cependant, Fergus Crack, le responsable de l’étude, est prudent dans ses conclusions. Il assure effectivement que ce n’est pas «le bilinguisme qui prévient la maladie d’Alzheimer», mais qu’il fournit une stimulation mentale qui crée une réserve cognitive. C’est cela qui retarderait l’apparition des symptômes de la maladie.

Une fois que la maladie d’Alzheimer se développe chez les personnes bilingues, il est curieux de noter que les deux langues sont affectées en parallèle. Cependant, la détérioration est un peu plus élevée dans la langue qu’ils ont apprise plus tard.

2. Cela laisse une empreinte cérébrale

Le fait de maîtriser deux langues a un réflexe cérébral. En d’autres termes, les lobes frontaux (en charge des fonctions cognitives), seraient les régions les plus liées au bilinguisme.

Une étude de l’Université de Washington (USA), réalisée avec un bébé de 11 mois issu de familles bilingues (qui parlent catalan et espagnol), a montré des différences significatives dans ces zones cérébrales.

Grâce à la recherche, ils ont observé que les bébés élevés dans les foyers de parents bilingues présentaient une activité cérébrale liée au fonctionnement exécutif. Cela se manifeste à partir des 11 mois.

3. Être bilingue augmente la concentration et la flexibilité cognitive

Un autre avantage d’être bilingue pour le cerveau est qu’il augmente la capacité de concentration, en particulier chez les enfants. Cela serait lié à une plus grande flexibilité cognitive, puisque le cerveau doit «s’adapter» ou s’ajuster au fait de parler plus d’une langue.

4. Améliore la récupération après un accident vasculaire cérébral

Un accident vasculaire cérébral (AVC) est une maladie cérébrovasculaire qui affecte les vaisseaux sanguins irriguant le cerveau.

Lorsque le sang n’atteint pas sa zone de destination (en raison d’une rupture des vaisseaux ou d’une anoxie), un accident vasculaire cérébral se produit. Cela entraîne la mort neuronale consécutive de la zone.

Il est possible que les personnes bilingues soient plus susceptibles de récupérer, sur le plan cognitif, après avoir subi un accident vasculaire cérébral, par rapport aux personnes qui ne parlent qu’une seule langue.

5. Être bilingue favorise l’activité cérébrale

Les avantages d'être bilingue sont dus aux connexions neuronales.

Par rapport à ce qui a déjà été commenté, les experts assurent que le fait d’être bilingue entraîne une plus grande activité cérébrale.

En d’autres termes, notre cerveau est plus actif lorsqu’il doit apprendre (et comprendre) deux langues différentes. En effet, apprendre une nouvelle langue, même quand on est jeune, nécessite un certain effort cognitif, ainsi qu’une attention accrue.

Lorsque nous maîtrisons deux langues maternelles, souvent nous ne «réfléchissons» plus lorsque nous passons d’une langue à une autre. La réalité est que notre cerveau est plus actif pendant ces changements.

En outre, cette activité cérébrale «supplémentaire» présentée par les bilingues fut liée à une densité plus élevée de matière grise (la matière qui contient la plupart des neurones et des synapses du cerveau).

Cette augmentation de densité est liée au retard de certaines maladies déjà évoquées, comme les démences en général ou la maladie d’Alzheimer.

Une habitude plus complexe qu’il n’y paraît

S’il reste des questions sans réponse dans ce domaine aussi intéressant que le bilinguisme, ce qui est clair, c’est qu’au niveau cognitif et cérébral, la maîtrise de plusieurs langues présente des avantages. Il existe différents types de bilinguisme, et les trois plus importants sont les suivants:

  • Composite: personnes qui apprennent deux langues en utilisant un seul ensemble de concepts.
  • Coordonné: personnes qui apprennent deux langues en utilisant deux ensembles de concepts.
  • Subordonné: les personnes qui apprennent une deuxième langue en la filtrant d’abord sur leur langue maternelle.

Enfin, il serait intéressant de voir s’il existe des différences, au niveau cérébral, entre un type de bilinguisme et un autre. Cependant, nous pouvons nous en tenir à l’idée générale qu’être bilingue, sous n’importe laquelle de ses formes, apporte certains avantages.

Cela pourrait vous intéresser ...
Qu’est-ce que le facteur neurotrophique dérivé du cerveau?
Muy Salud
Lisez-le dans Muy Salud
Qu’est-ce que le facteur neurotrophique dérivé du cerveau?

Le facteur neurotrophique dérivé du cerveau est une molécule protéique qui appartient au groupe des neurotrophines..Il est associé à de nombreuses ...



  • Ferreiro, E. (1997), “El bilingüismo: una visión positiva”, en: Garza Cuarón (ed.), Políticas lingüísticas en México, México, La Jornada Ediciones.
  • Montrul, S. (2013). El bilingüismo en el mundo hispanohablante. Wiley-Blackwell.
  • Vallverdú, F. (1972). Ensayos sobre bilingüismo. Edit. Ariel. Barcelona.