Pourquoi l'alcool augmente-t-il le risque de cancer ?

La consommation d'alcool est l'un des facteurs de risque les plus importants pour certains types de cancer. Découvrez-en davantage...
Pourquoi l'alcool augmente-t-il le risque de cancer ?
Diego Pereira

Relu et approuvé par el médico Diego Pereira.

Dernière mise à jour : 28 juin, 2023

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’usage nocif de l’alcool est un facteur de risque pour plus de 200 maladies et blessures. La plupart des individus associent sa consommation chronique à des problèmes de foie, mais la vérité est que son impact va plus loin. Aujourd’hui, nous étudions la relation entre l’alcool et le risque de cancer et les mécanismes sous-jacents.

Comme le souligne l’American Cancer Society, l’alcool est directement lié à 6 % de tous les cancers et à 4 % des décès par cancer aux États-Unis. La relation est ferme, ce que toutes les personnes qui dépassent la moyenne recommandée de boissons alcoolisées devraient savoir. Nous passons en revue ce que les scientifiques savent de l’alcool en tant que facteur de risque de cancer.

Alcool et risque de cancer : principes de base

Une étude publiée dans Lancet Oncology en 2021 a estimé que sur l’ensemble de l’année 2020, 741 300 cas de cancer attribuables à la consommation d’alcool ont été diagnostiqués. Parmi ceux-ci, on pense qu’au moins 100 000 cas correspondaient à des apports légers ou modérés. La relation entre les boissons alcoolisées et le risque accru de cancer n’est pas nouvelle. Mais le public est très peu conscient du lien de causalité.

La meilleure preuve en est l’augmentation de la prévalence de la consommation d’alcool et la réduction de l’abstinence à travers le monde. Une étude publiée dans le Lancet en 2019 a révélé que la consommation mondiale par habitant chez les adultes est passée de 5,9 litres en 1990 à 6,5 litres en 2017. Dans le même temps, l’abstinence à vie est passée de 46 % en 1990 à 43 % en 2017. On s’attend à ce que que d’ici 2030, la consommation d’alcool par habitant sera d’environ 7,6 litres.

Les spécialistes connaissent depuis des décennies la relation entre la consommation d’alcool et un risque accru de cancer. En 1988, le Centre international de recherche sur le cancer, un organisme rattaché à l’OMS, a classé l’alcool comme cancérogène du groupe 1. En 2018, le Fonds mondial de recherche sur le cancer a confirmé la relation entre la consommation de boissons alcoolisées et un risque plus élevé de développer certains types de cancer.

Pourquoi l’alcool augmente-t-il le risque de cancer ?

Le mécanisme par lequel l’alcool induit le cancer n’est pas entièrement compris. Les chercheurs ont proposé diverses voies par lesquelles l’alcool peut avoir cet effet : processus inflammatoires, effet génotoxique de l’acétaldéhyde, modifications du métabolisme des folates, augmentation de la concentration en œstrogènes et stress cellulaire. De même, les variantes génétiques associées à une susceptibilité accrue sont les suivantes :

  • ADH1B.
  • ADH1C.
  • ALDH2.
  • CYP2E1.
  • MTHFR.

Jusqu’à présent, comme le suggèrent les preuves, l’alcool n’est pas considéré comme un cancérigène à part entière. Autrement dit, d’autres catalyseurs sont nécessaires à son développement. Avec eux, l’alcool favorise ou accélère le développement du cancer. Pour ne citer qu’un exemple, la combinaison de l’alcool et du tabac crée une synergie qui augmente le risque de développer certains types de cancer.

En revanche, on pense que le type de boisson n’est pas déterminant dans le processus. L’éthanol a été pointé comme le principal coupable, mais la fréquence à laquelle il est ingéré a un impact plus important que la concentration elle-même dans la boisson (en commençant par le degré d’alcool et en différenciant entre fermenté et distillé). En ce sens, le risque est davantage associé à la quantité d’alcool qu’une personne boit au fil du temps qu’au type de boisson.

Alcool et risque de cancer

Nous avons déjà établi que la communauté scientifique s’accorde à dire que l’alcool augmente le risque de cancer. Cela étant dit, quels sont les types qui ont été associés à sa consommation? On vous laisse avec les principaux selon les chercheurs.

Cancers du pharynx et du larynx de la cavité buccale

La consommation d’alcool augmente le risque de développer un cancer des voies aérodigestives supérieures. Consommer 10 grammes par jour est associé à un risque accru de 15 % de cancer de la cavité buccale et du larynx. Cette dernière a été liée en principe à une consommation modérée et excessive d’alcool.

Cancer de l’œsophage

Le carcinome épidermoïde de l’œsophage est une autre des complications associées à la consommation d’éthanol. En effet, c’est l’un des principaux types de cancer associés à une consommation régulière. En principe, le risque de développer un adénocarcinome de l’œsophage (le deuxième sous-type de cancer de l’œsophage le plus courant) est beaucoup plus faible.

Cancer colorectal

La consommation de 10 grammes d’alcool par jour augmente de 7 % le risque de développer un cancer colorectal. De même, sa consommation régulière pourrait augmenter le risque de développer des lésions précancéreuses au niveau du côlon.

A découvrir également: Diagnostic du cancer du côlon

Alcool et cancer du foie

Le carcinome hépatocellulaire est le sous-type le plus courant de cancer du foie associé à la consommation d’alcool. En moyenne, 10 grammes par jour augmentent le risque de le développer de 14 %. C’est une complication qui se manifeste généralement chez les gros buveurs.

Cancer du sein

Le risque de développer un cancer du sein augmente jusqu’à 7 % après la consommation régulière de 10 grammes d’alcool par jour. Aucune preuve concluante n’a été trouvée concernant le risque en fonction du statut ménopausique.

Cancer de l’estomac

On estime qu’une consommation excessive d’alcool augmente le risque de cancer de l’estomac jusqu’à 21 %. Jusqu’à présent, il semblait que la consommation d’alcool n’augmente pas significativement les chances de le développer.

Alcool et cancer du pancréas

Bien qu’il soit peu probable de développer un cancer du pancréas à partir d’une consommation légère ou modérée d’alcool, les risques sont accrus par une consommation excessive. En principe, lorsque vous dépassez 60 grammes par jour.

Autres types de cancer

En plus de tout cela, l’alcool pourrait augmenter le risque de cancer du poumon, de cancer de la vésicule biliaire, de cancer de la prostate, de cancer du rein et de cancer de la thyroïde. Malgré cela, l’association est plus faible par rapport aux précédentes.

Enfin, compte tenu des preuves irréfutables, et considérant également qu’il s’agit d’un facteur évitable, les consommateurs devraient réguler leur consommation d’alcool pour réduire le risque de cancer. Les politiques à l’égard de l’alcool et la connaissance des complications associées à sa consommation sont connues pour entraîner une consommation responsable. Par conséquent, essayez de boire le moins possible et n’oubliez pas que le cancer n’est pas le seul effet indésirable de l’alcool.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les effets du mélange d’alcool avec des médicaments
Muy Salud
Lisez-le dans Muy Salud
Les effets du mélange d’alcool avec des médicaments

Vous avez sûrement entendu des centaines de fois qu'il ne faut pas mélanger l'alcool avec des médicaments. Quels sont les effets indésirables?



  • Bagnardi, V., Blangiardo, M., La Vecchia, C., Corrao, G. (2001). Alcohol consumption and the risk of cancer: a meta-analysis. Alcohol Res Health, 25(4), 263-70. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4453639/
  • Bagnardi, V., Rota, M., Botteri, E., Tramacere, I., Islami, F., Fedirko, V., Scotti, L., Jenab, M., Turati, F., Pasquali, E., Pelucchi, C., Galeone, C., Bellocco, R., Negri, E., Corrao, G., Boffetta, P., La Vecchia, C. (2015). Alcohol consumption and site-specific cancer risk: a comprehensive dose-response meta-analysis. Br J Cancer, 112(3), 580-93
  • Manthey, J., Shield, K. D., Rylett, M., Hasan, O. S. M., Probst, C., Rehm, J. (2019). Global alcohol exposure between 1990 and 2017 and forecasts until 2030: a modelling study. Lancet, 393(10190), 2493-2502. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/31076174/
  • Rumgay, H., Shield, K., Charvat, H., Ferrari, P., Sornpaisarn, B., Obot, I., Islami, F., Lemmens, V. E. P. P., Rehm, J., Soerjomataram, I. (2021). Global burden of cancer in 2020 attributable to alcohol consumption: a population-based study. Lancet Oncol, 22(8), 1071-1080. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC8324483/
  • Rumgay, H., Murphy, N., Ferrari, P., Soerjomataram, I. (2021). Alcohol and Cancer: Epidemiology and Biological Mechanisms. Nutrients, 13(9), 3173. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC8470184/
  • Weerasinghe, A., Schoueri-Mychasiw, N., Vallance, K., Stockwell, T., Hammond, D., McGavock, J., Greenfield, T. K., Paradis, C., Hobin, E. (2020). Improving Knowledge that Alcohol Can Cause Cancer is Associated with Consumer Support for Alcohol Policies: Findings from a Real-World Alcohol Labelling Study. Int J Environ Res Public Health, 17(2), 398. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7014334/
  • Xie, F., Feng, S., Mao, Y. (2019). Alcohol consumption as a cause of cancer: urging for more mechanism study. Hepatobiliary Surg Nutr, 8(3), 318-320. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6705703/

Los contenidos de esta publicación se redactan solo con fines informativos. En ningún momento pueden servir para facilitar o sustituir diagnósticos, tratamientos o recomentaciones provenientes de un profesional. Consulta con tu especialista de confianza ante cualquier duda y busca su aprobación antes de iniciar o someterse a cualquier procedimiento.